Publicité
Accueil > Pratique médicale > Recommandations de bonnes pratiques
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2009-03-19
Pratique médicale

Tags:
Etat de santé des personnes diabétiques de type 2 : des améliorations majeures mais des progrès restent à faire. - Pratique médicale
Etat de santé des personnes diabétiques de type 2 : des améliorations majeures mais des progrès restent à faire.

L’état de santé des personnes diabétiques de type 2 s’améliore en France mais des progrès restent à faire. Tel est le constat des derniers résultats de l’étude Entred (Echantillon national représentatif des personnes diabétiques) menée en 2007 et comparés aux résultats de 2001.

Publicité

En seulement 6 années, on constate une baisse à la fois de la pression artérielle, de la glycémie et du cholestérol, quel que soit l’âge. Ces résultats très positifs ont été atteints grâce à une intensification importante des traitements entre 2001 et 2007. Néanmoins, l’obésité présente chez 41 % des personnes diabétiques de type 2 est en hausse (+ 7 %). Les complications du diabète (cardiaques, ophtalmologiques et podologiques), semblent être un peu plus fréquentes. Cette légère hausse s’explique partiellement par un meilleur dépistage et probablement par l’allongement de la durée de vie.

Autres enseignements de cette étude : seuls 20 % des personnes diabétiques ont bénéficié d’une consultation diététique, 59 % ont un contrôle glycémique correct (HbA1c ≤ 7 %) et la moitié (51 %) une pression artérielle au seuil ou sous le seuil de 130/80 mmHg. La prise en charge nutritionnelle et les traitements doivent donc être intensifiés. Le dépistage des complications ophtalmologiques, rénales et podologiques du diabète est encore insuffisant. Seule la moitié des personnes diabétiques de type 2 bénéficient d’une consultation ophtalmologique annuelle (49 %), 28 % d’un dosage urinaire de l’albumine et 43 % de la gradation du risque podologique.

Les trois quarts des personnes diabétiques souhaitent des informations supplémentaires sur la maladie, surtout les plus jeunes, celles ayant des complications ou dont la situation financière est difficile. Elles sont peu nombreuses à souhaiter une éducation lors d’entretiens individuels, encore plus rarement collectifs. Pourtant les personnes qui en ont déjà bénéficié déclarent qu’elle les a aidées à mieux vivre avec leur diabète et souhaitent en bénéficier à nouveau.

Trois quarts des médecins spécialistes et un quart des généralistes assurent des consultations dédiées à l'éducation thérapeutique, activité toutefois moins développée en ville qu’à l’hôpital. Le manque de temps et de relais sont les ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2009-03-19 par HAS - Haute Autorité de la Santé
Source: HAS - Haute Autorité de la SantéAccéder à la source


Publicité

En savoir plus