Publicité
Accueil > Actualité médicale > Maladies parasitaires
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2010-02-17
Actualité médicale

Tags: genomique -  contrer -  resistance -  malaria - 
La génomique pour contrer la résistance à la malaria - Actualité médicale
La génomique pour contrer la résistance à la malaria

Une équipe internationale de chercheurs publie les résultats d'une découverte essentielle dans Nature Genetics.

Publicité

Montréal – Les scientifiques viennent de remporter une victoire capitale dans leur combat contre la malaria (paludisme). Selon une étude publiée dans Nature Genetics, une équipe internationale de chercheurs a utilisé la génomique pour décoder le génome de Plasmodium falciparum – la souche de malaria la plus résistante aux médicaments et responsable de la majorité des décès dus à cette maladie. Cette découverte pourrait déboucher sur la mise au point d'outils pharmaceutiques avancés pour combattre cette maladie et empêcher le développement de résistances aux médicaments parmi les 250 millions de personnes infectées chaque année par le parasite de la malaria.

« La lutte contre la résistance aux antipaludéens se compare à une véritable course aux armements, explique l'auteur principal de cette étude, le Dr Philip Awadalla, professeur de pédiatrie à l'Université de Montréal, chercheur au CHU Sainte-Justine et directeur scientifique de CARTaGENE. Plus les pathogènes du paludisme évoluent, plus les chercheurs doivent rivaliser d'ingéniosité pour trouver les moyens de combattre la maladie. »

L'équipe de recherche a décodé 200 échantillons de paludisme provenant d'Asie, d'Afrique, d'Amérique centrale et de Papouasie-Nouvelle-Guinée. L'objectif était d'identifier les mécanismes permettant aux souches de Plasmodium falciparum de devenir résistantes aux huit antipaludéens faisant actuellement partie de l'arsenal thérapeutique contre la malaria. « Il existe de grandes différences génétiques entre les souches de paludisme dans le monde, fait remarquer le Dr Awadalla, qui souligne que les souches asiatiques diffèrent des souches africaines. Il s'est produit un ensemble de variations génétiques, les gènes se sont différenciés dans le temps et l'espace et en fonction de la sélection des environnements, des pressions immunitaires et de l'exposition aux médicaments. »

En cartographiant le génome du Plasmodium falciparum, l'équipe de chercheurs a découvert que le parasite s'est recombiné plus rapidement en Afrique. Le Dr Awadalla compare les ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2010-02-17 par Nature Genetics - University of Montreal
Source: Nature Genetics - University of Montreal Accéder à la source

Mots clés: genomique contrer resistance malaria


Publicité

En savoir plus

Parmi les collaborateurs de cette étude figurent des chercheurs de l'Université de Calgary au Canada, du National Institute of Allergy and Infectious Diseases, des Rocky Mountain Laboratories et de l'Université de Pennsylvanie aux États-Unis, de l'Université d'Oxford au Royaume-Uni, de l'Université Mahidol en Thaïlande, de l'Université de Guangzhou en Chine et du Centre national de parasitologie, entomologie et de lutte contre le paludisme du Cambodge.

A propos de la malaria :

Le paludisme, ou la malaria, est dû à un parasite transmis par les moustiques qui en sont porteurs. Selon l'Organisation mondiale de la santé, il se manifeste par de la fièvre, des maux de tête et des vomissements. Ces symptômes apparaissent généralement dix à quinze jours après la piqûre de moustique. En l'absence de traitement, le paludisme peut être dangereux pour la vie et tue selon les estimations cinq millions de personnes par an.

À propos de l'étude :

L'article « Plasmodium falciparum genome-wide scans for positive selection, recombination hot spots and resistance to antimalarial drugs », publié dans la revue Nature Genetics, est signé par Philip Awadalla et Rachel A. Myers, pour l'Université de Montréal et le Centre de recherche du CHU Sainte-Justine qui lui est affilié (Canada); May Ho de l'Université de Calgary (Canada); Jianbing Mu, Hongying Jiang, Thomas E. Wellems, Rick M. Fairhurst, Xin-zhuan Su, Michael Waisberg et Shengfa Liu du National Institute of Allergy and Infectious Diseases (États-Unis); Stacy Ricklefs, Daniel E. Sturdevant, Stephen F. Porcella des Rocky Mountain Laboratories, (États-Unis); Liwang Cui de l'Université de Pennsylvanie (États-Unis); Nicholas J. White de l'Université d'Oxford (Royaume-Uni); Kesinee Chotivanich, Polrat Wilairatana, Srivicha Krudsood et Rachanee Udomsangpetch de l'Université Mahidol (Thaïlande); Fengzhen Ou, Haibo Li, Jianping Song, Guoqiao Li, Xinhua Wang, de la faculté de médecine chinoise de l'Université de Guangzhou (Chine); Suon Seila, Sreng Sokunthea et Duong Socheat du Centre national de parasitologie, entomologie et de lutte contre le paludisme (Cambodge).