Publicité
Accueil > Pratique médicale > Recommandations de bonnes pratiques
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2010-01-27
Pratique médicale

Tags:
La Haute Autorité de Santé s’engage pour la bientraitance dans les établissements de santé  - Pratique médicale
La Haute Autorité de Santé s’engage pour la bientraitance dans les établissements de santé

Pour identifier le phénomène de maltraitance « ordinaire » et le prévenir, la Haute Autorité de Santé a confié au cabinet C.Compagnon.Conseil un travail qualitatif d’écoute des malades, de leurs proches et des professionnels et le rend public aujourd’hui. Il décrit des situations de maltraitance « ordinaire » des patients et de leurs proches, également dite « institutionnelle » ou « passive » faite d’attentes interminables, d’entraves inexpliquées, de manque d’écoute, d’information, de considération. La HAS a d’ores et déjà pris en compte les enseignements de ce travail dans le cadre de la nouvelle procédure de certification des établissements de santé. Elle prévoit d’autres actions comme la publication dans les prochains mois d’un guide consacré à la bientraitance. Une maltraitance « ordinaire » multiforme décrite par les usagers et les professionnels.

Publicité

L’analyse des témoignages d’usagers, présentée dans le rapport de C.Compagnon.Conseil, met en lumière les difficultés rencontrées par les malades et leurs proches, malgré les progrès accomplis ces dernières années, grâce notamment à la loi du 4 mars 2002 et à la mise en œuvre de la certification des établissements de santé.


Cette étude souligne l’aspect multiforme de cette maltraitance « ordinaire » et en dresse une typologie en deux grandes catégories :

- une maltraitance liée à des comportements individuels : professionnels discutant entre eux, ignorant le patient présent, plaintes et demandes non prises en compte, menaces et propos humiliants, …
- une maltraitance liée à l’organisation : mise à l’écart des proches, manque de disponibilité des professionnels, rythme imposé des soins, bruit, dysfonctionnements d’une organisation complexe, sorties mal préparées, absence de réponse aux courriers de doléance, …

Le rapport a également permis d’identifier des problèmes dans la mise en œuvre concrète des droits des patients. Le respect de trois droits particulièrement significatifs, dits « traceurs », ont été étudiés : le droit à l’information, le soulagement de la douleur ainsi que le respect de la dignité.


En outre, il identifie certaines situations à risque : le séjour en réanimation, l’accueil aux urgences, les situations de fin de vie et montre que plus le niveau de dépendance du patient à l’égard de son environnement est important, plus le risque de maltraitance est grand.


Les professionnels interrogés dans le cadre de l’étude reconnaissent l’existence du phénomène de maltraitance « ordinaire » dans les établissements de santé. Ils en soulignent les facteurs et les conditions d’apparition : la confrontation avec la souffrance et la mort, un encadrement parfois défaillant, des conditions de travail difficiles, des organisations rigides. Ils tracent d’ailleurs déjà des pistes pour construire une politique de bientraitance (cadre de ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2010-01-27 par HAS - Haute Autorité de la Santé
Source: HAS - Haute Autorité de la SantéAccéder à la source


Publicité

En savoir plus