Publicité
Accueil > Actualité médicale > EXPLORATIONS
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2010-03-16
Actualité médicale

Tags: poil -  aujourd -  hui -  peau -  demain - 
Un poil aujourd'hui, de la peau demain - Actualité médicale
Un poil aujourd'hui, de la peau demain

Les cellules souches à l'origine des différentes cellules de la peau se trouvent en fait dans le follicule pileux indiquent des chercheurs.

Publicité

Il serait ainsi possible de se servir de ces cellules pour produire de la peau et réparer des blessures, par exemple celle des grands brûlés. La peau contient trois type de population cellulaire, les follicules pileux, les glandes sébacées et le tissu au milieu connu sous le nom d'épiderme interfolliculaire. Les cellules souches présentes dans chacune de ces populations peuvent produire leur propre type cellulaire mais jusqu'à présent l'identité de la cellule souche la plus primitive dont dérivent les autres restait mystérieuse. Hugo Snippert et ses collègues montrent maintenant que les cellules souches exprimant le gène Lgr6 et se trouvant dans le follicule pileux sont bien celles de l'épiderme.

Chez la souris adulte présentant des lésions de la peau, ces cellules proches des blessures reconstituent la peau. Et à long terme, annoncent les chercheurs, elles produisent alors aussi bien de la peau que des poils.

Article écrit le 2010-03-16 par Copyright Journal Sciences - American Association for the Advancement of Science
Source: Sciences - American Association for the Advancement of Science Accéder à la source

Mots clés: poil aujourd hui peau demain


Publicité

En savoir plus

Article n°18 : « Lgr6 Marks Stem Cells in the Hair Follicle That Generate All Cell Lineages of the Skin » par H.J. Snippert, A. Haegebarth, J.H. van Es, N. Barker, M. van de Wetering, M. van den Born, H. Begthel, R.G. Vries, D.E. Stange, H. Clevers de la Royal Netherlands Academy of Arts and Sciences et de l'University Medical Center Utrecht à Utrecht, Pays-Bas ; M. Kasper et R. Toftgard du Karolinska Institute et du Department of Biosciences and Nutrition à Huddinge, Suède.