Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Revue de presse santé
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2010-03-25
Fil actus Santé

Tags: maladies nosocomiales - 
« Moins de maladies nosocomiales en France »  - Fil actus Santé
« Moins de maladies nosocomiales en France »

Le Figaro indique qu’« une étude menée dans les hôpitaux de l'Assistance publique montre une baisse des staphylocoques dorés multirésistants à la méthicilline (SARM) de 35% entre 1993 et 2007 »

Publicité

Ces résultats, publiés dans les Archives of Internal Medicine, « ne sont pas le fruit du hasard mais la conséquence d'une prise de conscience ».

Le journal se penche sur ce travail, expliquant qu’en 1993, une « équipe de réanimateurs et de biologistes met en place, dans les 38 hôpitaux de l'Assistance publique, des mesures visant à réduire la transmission croisée (par les mains et le matériel via le personnel soignant) ».

« Priorité est donnée à l'hygiène pour que ce type de transmission soit réduit au minimum. Mais, au début, les soignants se montrent réticents à utiliser le gel hydroalcoolique. C'est seulement à partir des années 2000 que l'usage du gel se généralise ».

Le Pr Vincent Jarlier de l'hôpital Pitié-Salpêtrière et auteur de l’article, explique que « c'est un produit qui ne nettoie pas les mains. Il faut l'utiliser uniquement sur des mains propres, une fois qu'elles ont été contaminées ».

Le Figaro relate que le gel hydroalcoolique « a simplifié le quotidien du personnel soignant qui l'utilise après avoir refait un lit, servi à boire à un malade. Aujourd'hui, la majorité des soignants ont un flacon de gel dans la poche et des distributeurs sont disponibles un peu partout dans les hôpitaux ».

« Résultat : entre 1993 et 2007, le nombre de SARM a chuté globalement de 60% en réanimation, la baisse a atteint 60% en chirurgie, et en médecine générale, 40% ».

Cependant, « les mesures d'hygiène sont nécessaires mais loin d'être suffisantes. Si la question des antibiotiques n'est pas abordée de front, l'épidémie de SARM ne pourra pas être éradiquée car les germes seront de plus en plus résistants ».

Article écrit le 2010-03-25 par © Copyright InformationHospitaliere.com
Source: Le Figaro du 25/3/10 Accéder à la source


Publicité

En savoir plus