Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Revue de presse santé
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2010-05-10
Fil actus Santé

Tags: depistage -  cancer - 
« Dépistage du cancer : comment éviter les surdiagnostics »  - Fil actus Santé
« Dépistage du cancer : comment éviter les surdiagnostics »

Le Figaro remarque que « si le dépistage des cancers contribue à sauver de nombreuses vies, médecins et patients sont de plus en plus confrontés à un effet pervers de cette stratégie : le surdiagnostic ».

Publicité

Le quotidien précise qu’« il s’agit de la découverte de «vraies» tumeurs, mais qui spontanément n’auraient jamais fait parler d’elles ou mis la vie en péril ».
Les médecins américains Gilbert Welch et William Black, ont paru un article dans le Journal of the National Cancer Institute, dans lequel ils « proposent des pistes pour mieux gérer ce phénomène ». Les deux auteurs « estiment que la proportion des surdiagnostics est d’environ 60% pour les cancers de prostate, 15 à 25% pour ceux du sein. Le problème serait aussi fréquent dans les tumeurs de la thyroïde… ».

Les praticiens expliquent « avant tout [de] bien informer les patients des tenants et aboutissants de la détection précoce d’une tumeur. Les médecins devraient aussi réfléchir au seuil pour lequel un examen de dépistage est considéré comme anormal ».

« En France, […] les spécialistes ont aussi pris conscience de cet écueil ». Le Dr Jérôme Viguier, de l’InCa, souligne que « la difficulté découle de l’impossibilité, pour les tumeurs débutantes, de statuer sur leur agressivité potentielle à partir de l’analyse histologique. D’où les diagnostics en excès, et surtout leurs conséquences en termes de traitement systématique et non nécessaire ».

Le Pr Gérard Dubois, professeur de santé publique à Amiens, constate pour sa part que « cet article confirme que le surdiagnostic est un problème fréquent dans les cancers d’évolution lente comme ceux de la thyroïde et surtout ceux de la prostate. […] Pour autant, cela ne remet pas en cause les stratégies de dépistage des cancers colorectaux, du col de l’utérus et du sein ».

Article écrit le 2010-05-10 par © Copyright InformationHospitaliere.com
Source: Le Figaro du 10/5/10 Accéder à la source


Publicité

En savoir plus