Publicité
Accueil > Actualité médicale > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2005-02-01
Actualité médicale

Tags: gènes -  cancer - 
Expression des gènes et cancer : une question de probabilité ? - Actualité médicale
Expression des gènes et cancer : une question de probabilité ?

01/02/05 - Sait-on pourquoi un gène s’exprime ou non, au sein d’une cellule ? Depuis les années 60, l’explication la plus courante fait appel à la notion de programme génétique : il existe dans toute cellule des gènes dits répresseurs ou activateurs qui commandent ou répriment la production de protéines indispensables à la cellule. Depuis une quarantaine d’années, plusieurs démonstrations expérimentales sont venues remettre en question cette approche déterministe (une molécule-signal au niveau du gène détermine une réponse de la cellule) au profit d’une nouvelle théorie dite probabiliste : un gène a simplement une probabilité de s’exprimer ou pas à tout moment. Les travaux de chercheurs de l’Inserm, du CNRS et de l’Université Pierre et Marie Curie1 apportent une contribution supplémentaire à l’édification de cette nouvelle théorie du développement embryonnaire. Le changement de paradigme que sous-tendent ces nouvelles données permet notamment de considérer les phénomènes de la cancérogenèse, sous un angle totalement nouveau. Ces travaux, publiés ce mois-ci dans la revue Progress in Biophysics & Molecular Biology, sont accessibles en ligne2.

Publicité

01/02/05 - Sait-on pourquoi un gène s’exprime ou non, au sein d’une cellule ? Depuis les années 60, l’explication la plus courante fait appel à la notion de programme génétique : il existe dans toute cellule des gènes dits répresseurs ou activateurs qui commandent ou répriment la production de protéines indispensables à la cellule. Depuis une quarantaine d’années, plusieurs démonstrations expérimentales sont venues remettre en question cette approche déterministe (une molécule-signal au niveau du gène détermine une réponse de la cellule) au profit d’une nouvelle théorie dite probabiliste : un gène a simplement une probabilité de s’exprimer ou pas à tout moment. Les travaux de chercheurs de l’Inserm, du CNRS et de l’Université Pierre et Marie Curie1 apportent une contribution supplémentaire à l’édification de cette nouvelle théorie du développement embryonnaire. Le changement de paradigme que sous-tendent ces nouvelles données permet notamment de considérer les phénomènes de la cancérogenèse, sous un angle totalement nouveau. Ces travaux, publiés ce mois-ci dans la revue Progress in Biophysics & Molecular Biology, sont accessibles en ligne2.

En savoir plus...

Article écrit le 2005-02-01 par
Source: Accéder à la source

Mots clés: gènes cancer


Publicité

En savoir plus