Publicité
Accueil > Actualité médicale > Biologie clinique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2010-06-10
Actualité médicale

Tags: cellules -  cameleon -  cicatrisation - 
Découverte de « cellules caméléon » : une piste pour une meilleure cicatrisation ? - Actualité médicale
Découverte de « cellules caméléon » : une piste pour une meilleure cicatrisation ?

Des cellules qui, de manière surprenante, changent d'identité pendant l'embryogénèse viennent d'être mises en évidence chez la drosophile par des chercheurs du CNRS et de l'Université de Nice (1). En étudiant ces « cellules caméléon » dans un modèle de cicatrisation, les scientifiques ont démontré qu'elles favorisent le relâchement de la tension tissulaire, permettant à l'épiderme de se souder parfaitement. Publiés le 8 juin dans PloS Biology, ces travaux révèlent comment les tissus s'adaptent lors de leur soudure pendant le développement embryonnaire. Ils pourraient ouvrir une nouvelle voie de recherche en médecine régénérative.

Publicité

Les cellules qui composent les organismes multicellulaires ne sont pas identiques. Il en existe différents types : cellules de la peau, du foie, neurones... Issues de cellules « précurseurs » non spécialisées, ces cellules se spécialisent grâce au mécanisme de différenciation. De plus, pendant le développement embryonnaire, les cellules sont organisées en compartiments étanches qui s'avèrent essentiels à l'assemblage correct des organes (2). Au sein de ces compartiments, les cellules obéissent à deux règles : une fois différenciées, elles conservent cette identité qui leur est propre, et, les cellules d'un compartiment donné restent ensemble, ne se mélangeant jamais avec celles d'un autre compartiment.

Les chercheurs ont mené leur étude sur des embryons de drosophile (3) pendant la « fermeture dorsale ». Au cours de cette étape clé de la morphogénèse (4) chez la drosophile, deux épidermes se rencontrent et se referment. Ce phénomène de soudure tissulaire est semblable à la soudure d'une plaie après coupure, et représente donc un bon modèle de cicatrisation. En observant les embryons vivants au cours de la fermeture dorsale, les scientifiques ont remarqué un type de cellules qui brise les deux lois évoquées ci-dessus. En effet, ces « cellules caméléon » (5) sont capables de changer d'identité puis de compartiment, et ce dans des conditions normales de développement de l'embryon (sans blessure par exemple). Le changement d'identité ou plasticité cellulaire était déjà connu dans des cas pathologiques (régénération suite à une blessure ou une pathologie, etc), où le plus souvent, la re-différenciation de la cellule requiert une ou plusieurs divisions cellulaires. Ici, la plasticité cellulaire se produit sans passer par cette étape. Les chercheurs ont démontré qu'elle était contrôlée par des gènes spécifiques qui interviennent également dans la régénération tissulaire de la drosophile adulte : il s'agit de la voie de signalisation ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2010-06-10 par PloS Biology - CNRS
Source: PloS Biology - CNRS Accéder à la source

Mots clés: cellules cameleon cicatrisation


Publicité

En savoir plus

Notes :
(1) appartenant notamment à l'Institut de biologie du développement et cancer (IBDC, CNRS/Université de Nice)
(2) Ces compartiments sont appelés segments chez les insectes ou rhombomères dans le cerveau antérieur des vertébrés.
(3) un organisme très souvent utilisé comme système modèle
(4) La morphogénèse est une étape de l'embryogénèse pendant laquelle se développent les formes et organes d'un organisme.
(5) Ou Mixer-cell en anglais

Références :
JNK Signalling Controls Remodelling of the Segment Boundary through Cell Reprogramming during Drosophila Morphogenesis. Melanie Gettings*, Fanny Serman*, Raphaël Rousset, Patrizia Bagnerini, Luis Almeida, Stéphane Noselli. PloS Biology. 8 Juin 2010.
* (co-first authors)