Publicité
Accueil > Vie professionnelle > Ordre national des médecins
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2010-03-31
Vie professionnelle

Tags: motscles - 
Observatoire de la sécurité des médecins 2009 : une aggravation des actes de violence à l’égard des médecins - Vie professionnelle
Observatoire de la sécurité des médecins 2009 : une aggravation des actes de violence à l’égard des médecins

La publication des résultats 2009 de l’Observatoire de la sécurité des médecins révèle un maintien du nombre d’incidents déclarés. En revanche, la gravité de la nature des actes connaît une hausse significative.

Publicité

Malgré les actions déployées pour prévenir le nombre d’agressions subies par les médecins, les résultats de l’Observatoire de la sécurité 2009 montrent une stabilité du nombre de violences à leur égard. Par ailleurs, le CNOM constate une aggravation de la nature des actes et dénote notamment une évolution des agressions physique (16% en 2009 contre 11% en 2008). De même, le taux d’agressions verbales est au plus haut depuis la mise en place de l’Observatoire, et représente 54% des incidents déclarés. Avec un taux de 23%, les vols à l’encontre des médecins sont en recul mais constituent malgré tout la deuxième cause d’agressions.

Les résultats dévoilent que les généralistes restent les plus touchés par l’insécurité, avec un taux de 62 %. Un résultat lourd de sens lorsque l’on sait qu’il concerne la moitié des médecins. Enfin, 7% des spécialistes affectés par les agressions sont des ophtalmologistes. Parmi les facteurs expliquant les agressions à l’égard des médecins, un temps d’attente trop long, le reproche d’un mauvais traitement ou encore le refus de payer la consultation sont les causes les plus citées.

Depuis ces trois dernières années, le département de la Seine Saint-Denis reste en tête des déclarations d’incidents, comptant 54 des 512 déclarations recensées par l’étude. Ce département est suivi de près par le Val d'Oise (31), l’Isère (26), la Seine-Maritime (26), le Nord (22) et le Val de Marne (22).

A cette occasion le CNOM rappelle que face à cette situation, il est indispensable que les médecins victimes de ces agressions portent plaintes avec constitution de partie civile. En effet, les résultats démontrent que seulement 11% des déclarations d’incidents donnent suite à un dépôt de plainte avec constitution de partie civile. Il est aussi plus que jamais nécessaire de réactiver des liens locaux avec les correspondants de la police et ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2010-03-31 par Conseil National de l'Ordre des Medecins
Source: Conseil National de l'Ordre des MedecinsAccéder à la source


Publicité

En savoir plus