Publicité
Accueil > Actualité médicale > Pédiatrie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2010-07-06
Actualité médicale

Tags: cerveau -  cause -  muscles -  nouveau-nes -  diabetiques - 
Le cerveau en cause avant les muscles chez les nouveau-nés diabétiques. - Actualité médicale
Le cerveau en cause avant les muscles chez les nouveau-nés diabétiques.

La faiblesse musculaire qui accompagne une forme spécifique de diabète chez les nouveau-nés a une origine neuronale, ce qui pourrait déboucher sur des thérapies plus sûres selon une étude effectuée chez la souris.

Publicité

Chez les nouveau-nés, l'iDEND est un type de diabète souvent associé à des muscles mous et faibles ainsi qu'à un retard du développement. Cet état est dû à des mutations dans le canal KATP, un pore dans la membrane cellulaire qui régule le potassium et la sécrétion d'hormones telles que la libération d'insuline par le pancréas. En étudiant des souris qui exprimaient le gène KATP muté seulement dans les muscles ou dans les nerfs, Rebecca Clark et ses collègues ont trouvé que le handicap moteur dans l'iDEND provenait d'une mauvaise activation du canal dans le système nerveux central plutôt que dans le muscle. Les patients avec l'iDEND sont souvent traités avec un sulphonylurée, médicament qui bloque les canaux KATP à la fois dans les muscles et le cerveau, avec des effets indésirables possibles sur le coeur. Les médicaments ayant une plus grande spécificité pour les canaux KATP du cerveau pourraient ainsi être plus sûrs suggère la nouvelle étude.

Article écrit le 2010-07-06 par Copyright Journal Sciences
Source: Copyright Journal Sciences Accéder à la source

Mots clés: cerveau cause muscles nouveau-nes diabetiques


Publicité

En savoir plus

Article n°18 : « Muscle Dysfunction Caused by a KATP Channel Mutation Producing Neonatal Diabetes is Neuronal in Origin" par R.H. Clark, J.S. McTaggart, R. Webster, R. Mannikko, M. Iberl, X. Sim, M. Glitsch, D. Beeson, F. Ashcroft de l'Université d'Oxford à Oxford, UK; P. Rorsman du Churchill Hospital à Oxford, Royaume-Uni.