Publicité
Accueil > Actualité médicale > Maladies génétiques
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2010-09-16
Actualité médicale

Tags: changements -  ADN -  risque -  obésite - 
Des changements sur l'ADN liés à un risque d'obésité. - Actualité médicale
Des changements sur l'ADN liés à un risque d'obésité.

Des changements dits épigénétiques sur l'ADN pourraient être associés à un risque d'obésité et à l'indice de masse corporelle (IMC) selon une étude. Ceci pourrait permettre le développement de tests pour repérer ces changements sur l'ADN, des méthylations, et aider les médecins à identifier précocement les personnes à risque d'obésité pour prévenir son apparition en modifiant dès l'enfance l'alimentation ou le mode de vie.

Publicité

La plupart des études de maladies génétiques concernent le langage écrit de l'ADN, sa séquence, et ont un succès partiel dans la découverte des gènes responsables. Ici, Andrew Feinberg et ses collègues ont pris une autre approche qui consiste à mesurer des changements de l'ADN qui ne sont pas contenus dans sa séquence mais contrôlent quand et comment les gènes sont utilisés.

L'un de ces changements est l'ajout d'une petite « étiquette », appelée groupement méthyle, sur l'une des bases qui constituent le code de l'ADN. Les groupements méthyles présents sur l'ADN chez l'homme et d'autres mammifères jouent un rôle important dans la détermination de l'expression des gènes. Les auteurs ont découvert que les groupes méthyle de l'ADN des gens restent stables au cours du temps. Ces marques sont comme des « empreintes épigénétiques » qui permettent de distinguer les personnes entre elles. Mieux, dans certaines régions du génome ces empreintes peuvent être associées à l'IMC utilisé pour évaluer l'obésité. Dans leur expérience, les chercheurs ont mesuré la méthylation de l'ADN chez 47 personnes à partir de deux échantillons prélevés à 11 années d'intervalle. Ils se sont penchés sur les régions variables de méthylation de l'ADN, ou RMV, zones qui présentent une variabilité de méthylation plus importante que prévue. L'équipe a ainsi pu identifier 227 RMV chez ces individus et montré que si certaines changeaient au fil des ans beaucoup d'autres restaient stables. Et les chercheurs ont trouvé une méthylation stable dans l'ADN de 13 gènes déjà connus pour leur lien avec l'obésité ou le diabète.

Article écrit le 2010-09-16 par Science Translational Medicine
Source: Science Translational Medicine Accéder à la source

Mots clés: changements ADN risque obésite


Publicité

En savoir plus

Article : « Personalized Epigenomic Signatures Stable Over Time and Covarying with Body Mass Index » par A.P. Feinberg, R.A. Irizarry, D. Fradin, M.J. Aryee, P. Murakami, M.D. Fallin de la Johns Hopkins University School of Medicine et de la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health à Baltimore, MD; M.J. Aryee du Sidney Kimmel Comprehensive Cancer Center, Johns Hopkins University à Baltimore, MD; T. Aspelund, G. Eiriksdottir, V. Gudnason de la Icelandic Heart Association à Kopavogur, Islande; T. Aspelund et V. Gudnason de l'Université d'Islande à Reykjavik, Islande; T.B. Harris et L. Launer du National Institute of Aging à Bethesda, MD; A.P. Feinberg, R.A. Irizarry et D. Fradin de l'INSERM à Paris, France.