Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Revue de presse santé
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2010-09-28
Fil actus Santé

Tags: pharmacie -  manifestation -  Assurance maladie - 
Les pharmacies appelées à une «journée morte» - Fil actus Santé
Les pharmacies appelées à une «journée morte»

Inquiet pour l'avenir des officines, dont un nombre croissant met la clé sous la porte, un syndicat invite les 22.000 pharmacies de France à une action symbolique mardi.

Publicité

Le mécontentement grandit de façon visible chez les pharmaciens, déjà en grève des gardes depuis deux mois et demi.
L'Union nationale des pharmacies de France, troisième syndicat de la profession, appelle ainsi ce mardi à une «journée morte».

Frédéric Laurent, vice-président de l'organisation explique que «  les croix vertes seront éteintes et le personnel est invité à porter des blouses noires, afin d'attirer l'attention des patients sur la «mort programmée des officines de proximité», neamnoins les patients pourront néanmoins continuer à acheter leurs médicaments.

Le 11 octobre, ce sera le 2e syndicat de la profession, l'Union des syndicats de pharmaciens d'officine, qui organisera à Paris une action coup de poing. «En dix ans d'existence, c'est la première fois que notre profession lance une manifestation», souligne Gilles Bonnefond, président délégué de l'USPO.


L'an dernier, «111 pharmacies ont été placées en procédure de sauvegarde, en redressement judiciaire ou en liquidation, sur un réseau de 22.500 officines. C'est peu par rapport à d'autres types de commerces, mais c'est du jamais-vu dans notre profession.», confiait Philippe Gaertner, président de la FSPF (majoritaire).

La FSPF et l'UNPF souhaitent réduire la dégressivité, tandis que l'USPO préférerait augmenter la marge des médicaments les moins chers et mettre un terme aux grands conditionnements.
.
Les syndicats aimeraient également parvenir à un accord sur la rémunération envisagée d'autres tâches que la vente de médicaments - suivi de certaines maladies chroniques, conseils pour des cas «simples» ne nécessitant pas de consultation médicale - comme la loi HPST, votée en 2009, en offre la possibilité.

Article écrit le 2010-09-28 par © Copyright InformationHospitaliere.com
Source: Le figaro du 28/9/10Accéder à la source


Publicité

En savoir plus