Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Revue de presse santé
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2010-10-01
Fil actus Santé

Tags: Cancer -  chimiotherapie - 
« Cancer : les traitements par chimiothérapie en forte progression »  - Fil actus Santé
« Cancer : les traitements par chimiothérapie en forte progression »

Les Echos se penche sur un rapport de l'Institut national du cancer.

Publicité

« Plus de 273.000 malades ont reçu l'an passé des chimiothérapies anticancéreuses dans les établissements de santé français. Le nombre de patients bénéficiant de ces traitements continue d'augmenter à un rythme rapide : + 9% entre 2008 et 2009 et + 24% sur 5 ans ».

Dominique Maraninchi, président de l’INCa, constate que « le nombre des malades traités par chimiothérapie augmente deux fois plus vite que celui des nouveaux cas de cancer diagnostiqués. Cela confirme la qualité de la prise en charge en France ».

« Cette généralisation des chimiothérapies se double d'une accélération de l'usage des thérapies innovantes, plus coûteuses et plus efficaces. Résultat : pour la première fois en 2009, le cap du milliard d'euros a été dépassé par les prescriptions d'anticancéreux dans le budget du secteur public ».

« Les thérapies ciblées ont atteint un nouveau record : 57% du total des anticancéreux, contre 51% en 2008. […] A elles seules, les trois molécules vedettes (Avastin, Mabthera et Herceptin) ont représenté 48,9% des dépenses des anticancéreux dans les hôpitaux publics, en hausse de 6,5% ».

Dominique Maraninchi souligne que « l'accès rapide et large à ces molécules innovantes et efficaces a permis de diminuer fortement l'impact des cancers en France ».

« Depuis 2004, une trentaine de nouveaux traitements ont obtenu le feu vert des autorités de santé », mais observe que « leur usage fait l'objet de procédures de régulation très contraignantes, qui sont loin de faire l'unanimité dans le corps médical ».

« Ces protocoles, revus tous les 6 mois, sont destinés à réserver l'usage des «molécules onéreuses» aux patients ayant le bon profil biologique. L'an passé, plus de 40.000 tests ont été réalisés afin de sélectionner les «bons récepteurs» aux traitements innovants ».
« Des cancérologues comme David Khayat (Pitié-Salpêtrière) ou Jean-Charles Soria (Gustave-Roussy) contestent ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2010-10-01 par © Copyright InformationHospitaliere.com
Source: Les Echos du 1/10/10Accéder à la source


Publicité

En savoir plus