Publicité
Accueil > Actualité médicale > Neurologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2010-10-11
Actualité médicale

Tags: maladie de Parkinson -  cellules nerveuses -  cerveau -  abandon -  mitochondries - 
Dans la maladie de Parkinson, les cellules nerveuses du cerveau abandonnent leurs mitochondries. - Actualité médicale
Dans la maladie de Parkinson, les cellules nerveuses du cerveau abandonnent leurs mitochondries.

Notre cerveau consomme environ 20 % de notre énergie pour seulement 2 % de notre poids, mais dans la maladie de Parkinson les cellules nerveuses délaissent leurs mitochondries qui leur fournissent l'énergie, rapporte une nouvelle étude. Ces résultats indiquent que la stimulation précoce des centrales énergétiques des cellules, les mitochondries, pourrait permettre d'éviter ou de retarder l'apparition de la maladie de Parkinson. Cette affection inexorable qui touche approximativement 5 millions de personnes dans le monde débute par la mort de neurones à dopamine dans le cerveau des années avant que n'apparaissent les premiers symptômes typiques que sont les tremblements, la rigidité musculaire et les mouvements ralentis.

Publicité

Clemens Scherzer et ses collègues montrent qu'un groupe clé de gènes défaillants dans le cerveau des patients est sous le contrôle d'un régulateur, le gène PGC-1Alpha. De plus, l'expression réduite des gènes régulés par PGC-1Alpha survient aux premiers stades de la maladie, bien avant la manifestation des symptômes. Des médicaments capables de ralentir ou d'arrêter la maladie seraient d'autant plus efficaces qu'ils agiraient aux premiers stades, avant qu'un trop grand nombre de neurones à dopamine ne soit morts.

Scherzer et ses collègues ont analysé une partie du cerveau appelée substance noire (substantia nigra en latin) dans 185 échantillons de tissus prélevés chez des patients décédés. Cette partie contient des neurones produisant la dopamine. L'équipe a utilisé un faisceau laser pour découper précisément les neurones à dopamine qui sont anormaux chez les patients. Puis les chercheurs ont étudié l'activité des gènes dans ces cellules et identifié des groupes, associés à des processus biologiques, en lien avec la maladie. Suite à ce tour de force, 10 groupes de gènes ont émergé, codant pour des protéines intervenant dans l'activité mitochondriale et la production d'énergie. L'une de ces composantes est la chaîne de transport des électrons, une série de réactions sous le contrôle de la mitochondrie qui produit l'énergie dont la cellule a besoin pour fonctionner. Alors que d'autres études avaient évoqué la défaillance de l'un des cinq complexes intervenant dans la chaîne de transport des électrons chez les patients, Scherzer et ses collègues ont trouvé que ce n'était pas une mais pratiquement toutes les composantes nécessaires à la formation de la chaîne de transport des électrons qui étaient défaillantes.

Article écrit le 2010-10-11 par Science Translational Medicine
Source: Science Translational Medicine Accéder à la source


Publicité

En savoir plus

Article : « Pathway Analysis of Parkinson's Reveals PGC-1Alpha as Therapeutic Target for Early Intervention » par B. Zheng, Z. Liao, S.S. Roderick, A.C. Eklund, C.R. Scherzer de la Harvard Medical School et du Brigham & Women's Hospital à Boston, MA; J.J. Locascio, I. Cantuti-Castelvetri, A.B. Young du Massachusetts General Hospital à Boston, MA; A.C. Eklund de la Technical University of Denmark à Lyngby, Danemark; Y. ZhangJames, P.D. Kim, R.L. Davis, F.A. Middleton de la SUNY Upstate Medical University à Syracuse, NY; K.A. Lesniak, M.L. Watt, J.-C. Rochet de la Purdue University à West Lafayette, IN; M.A. Hauser de la Duke University à Durham, NC; E. Grünblatt, P. Riederer de l'Université de Würzburg à Würzburg, Allemagne; L.B. Moran de l'Université de Londres et du Hammersmith Hospital à North Wembley, , Royaume-Uni; S.A. Mandel, M.B. Youdim du Technion-Faculty of Medicine à Haïfa, Israël; S.A. Mandel, M.B. Youdim de la Yonsei World Central University à Seoul, République de Corée; R.M. Miller de l'Université de Rochester à Rochester, NY; H.J. Federoff du Georgetown University Medical Center à Washington, DC; U. Wüllner de la Friedrich-Wilhelms-University Bonn à Bonn, Allemagne; S. Papapetropoulos et J.M. Vance de l'Université de Miami à Miami, FL; J.C. Hedreen du McLean Hospital à Belmont, MA; C.H. Adler de la Mayo Clinic Arizona à Scottsdale, AZ; T.G. Beach du Sun Health Research Institute à Sun City, AZ; M.B. Graeber de l'Université de Sydney à Sydney, NSW, Australie; C.R. Scherzer du The Global PD Gene Expression (GPEX) Consortium.