Publicité
Accueil > Actualité médicale > Biologie clinique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2011-02-11
Actualité médicale

Tags: chromosomes -  régulation génique - 
Le « baiser » des chromosomes : une nouvelle forme de régulation génique ? - Actualité médicale
Le « baiser » des chromosomes : une nouvelle forme de régulation génique ?

En étudiant la fonction de protéines chromosomiques qui régulent de nombreux gènes au cours du développement de la drosophile, une équipe de l’Institut de Génétique Humaine du CNRS vient de découvrir que deux de ces gènes, bien qu’éloignés à l’échelle linéaire du chromosome, sont souvent localisés au même endroit dans le noyau cellulaire lorsqu’ils ne sont pas actifs. Les chercheurs ont appelé ce phénomène le « baiser » des chromosomes. Leur travail, publié dans la revue Cell le 21 janvier 2011, montre que ce baiser est impliqué dans le maintien fidèle de leurs états inactifs.

Publicité

Leur travail, publié dans la revue Cell le 21 janvier 2011, montre que ce baiser est impliqué dans le maintien fidèle de leurs états inactifs. Et puisque ces deux gènes ne sont pas les seuls à être co-localisés, il est possible d’imaginer que les baisers des chromosomes contribuent à réguler un nombre considérable de gènes chez de nombreuses espèces.


Ces dernières années, de spectaculaires avancées dans les technologies d’étude de la fonction du génome ont été réalisées. Parmi celles-ci, le fait que la localisation de nos gènes dans l’espace tridimensionnel du noyau cellulaire joue un rôle important dans la régulation de leur expression, est l’une des plus surprenantes. Au delà de la séquence d’ADN du gène, l’architecture chromosomique serait donc un facteur important pour nos cellules. De récentes recherches effectuées chez différentes espèces ont établi l’existence de contacts, ou « baisers » chromosomiques, entre plusieurs gènes très éloignés sur un même chromosome, ou appartenant parfois à des chromosomes distincts. Cependant, le rôle physiologique de ces contacts est longtemps resté incompris : ces baisers constituent-ils un facteur essentiel pour la régulation des gènes ou bien est-ce une coïncidence sans importance ?

Avec la coopération d’André Mas de l’Institut de Modélisation Mathématique de Montpellier (I3M, CNRS/Université Montpellier 2), l’équipe dirigée par Giacomo Cavalli à l’Institut de Génétique Humaine (IGH, CNRS) a étudié, chez la drosophile, la fonction des protéines appelées Polycomb, qui inactivent de nombreux gènes durant le développement des plantes et des animaux. Les scientifiques ont notamment cherché à comprendre comment deux de ces gènes sont maintenus inactifs par ces protéines. C’est en combinant des techniques de microscopie fluorescente permettant de visualiser simultanément la position des gènes et des protéines Polycomb qui s’y lient, que les chercheurs se sont rendus compte d’un phénomène complètement inattendu : bien que distants de ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2011-02-11 par CNRS
Source: CNRS Accéder à la source

Mots clés: chromosomes régulation génique


Publicité

En savoir plus

En savoir plus

* Polycomb-dependent regulatory contacts between distant Hox loci in Drosophila. F Bantignies, V Roure, I Comet, B Leblanc, B Schuettengruber, J Bonnet, V Tixier, A Mas, G Cavalli. Cell 144(2):214-226, January 21, 2011, doi:10.1016/j.cell.2010.12.026.



Contact chercheur

* Giacomo Cavalli
* Frédéric Bantignies
Institut de G énétique Humaine (IGH)
UPR 1142 CNRS
141 rue de la Cardonille
34396 Montpellier Cedex 5