Publicité
Accueil > Actualité médicale > Maladies parasitaires
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2011-03-14
Actualité médicale

Tags: Paludisme -  kinases - 
Une nouvelle classe de médicaments utilisés dans le cadre de la chimiothérapie est également active contre le paludisme - Actualité médicale
Une nouvelle classe de médicaments utilisés dans le cadre de la chimiothérapie est également active contre le paludisme

Chaque année, le paludisme affecte 250 millions de personnes dans le monde, et en tue entre 1 et 3 millions. Une classe de médicaments conçus à l’origine pour inhiber les voies de signalisation des cellules cancéreuses tuent également le parasite qui cause le paludisme. Cette découverte faite par les chercheurs de l’Unité conjointe Inserm-EPFL et publiée dans la revue Cellular Microbiology permettrait de mettre en place rapidement une nouvelle stratégie pour combattre cette maladie mortelle.

Publicité

Pour communiquer entre elles et avec leur environnement, les cellules utilisent différentes
voies de signalisation. Les signaux donnent à la cellule une représentation de son milieu et lui indiquent parfois d’ajuster
son activité aux besoins de l'organisme. Ces voies de signalisation cellulaires jouent aussi un
rôle clé dans le développement et la survie des tumeurs. La recherche publiée en ligne sur le
site Cellular Microbiology montre que le parasite du paludisme détourne une voie de
signalisation présente chez l’hôte pour proliférer, d’abord dans les cellules de foie, puis dans
les globules rouges. Le parasite ne produit pas lui-même les enzymes actives dans les voies
de signalisation, mais détourne pour ses propres besoins celles de la cellule humaine qu’il
infecte.

Il se trouve que ces mêmes voies de signalisation sont visées par une nouvelle classe de
molécules, mises au point pour la chimiothérapie anticancéreuse, appelées inhibiteurs de
kinases. Les kinases contrôlent la croissance, la survie et la migration cellulaires et leur
dérégulation est une cause bien établie de plusieurs types de cancers. Les chercheurs se
sont aperçus que l’évolution du parasite était stoppée après traitement des globules rouges
infectés avec des inhibiteurs ciblant des kinases humaines.


Un avantage du recours à des inhibiteurs de kinases humaines pour traiter le paludisme
serait de priver le parasite de la possibilité de résister aux médicaments en modifiant les
enzymes-cibles du médicament, puisque dans ce cas-là celles-ci sont produites par la
cellule-hôte et non par le parasite lui-même. L’utilisation d’inhibiteurs de kinases humaines
pour lutter contre le paludisme nécessiterait en outre une période de traitement plus courte
que dans le cas du cancer, ce qui rendrait le problème de la toxicité moins aigu.

Plusieurs médicaments utilisés pour les chimiothérapies ciblent les inhibiteurs de kinases et
sont déjà utilisés cliniquement. Les auteurs de l’étude suggèrent
d’évaluer la possibilité d’utiliser ces médicaments pour leurs propriétés antipaludiques, ce qui
permettrait de réduire considérablement le temps et les coûts nécessaires ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2011-03-14 par Inserm
Source: Inserm Accéder à la source

Mots clés: Paludisme kinases


Publicité

En savoir plus

Activation of a PAK-MEK signalling pathway in malaria parasite-infected erythrocytes
Audrey Sicard,1,7† Jean-Philippe Semblat,1,7† Caroline Doerig,1,7 Romain Hamelin,2 Marc Moniatte,2
Dominique Dorin-Semblat,1,7 Julie A. Spicer,3 Anubhav Srivastava,4 Silke Retzlaff,5 Volker Heussler,5,6
Andrew P. Waters4 and Christian Doerig1,7*

1INSERM U609/Inserm-EPFL Joint Laboratory, Global Health Institute, and
2Proteomics Core Facility, Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, CH-1015 Lausanne, Switzerland.
3Auckland Cancer Society Research Centre, Faculty of Medical and Health Sciences, The University of
Auckland,Private Bag 92019, Auckland 1142, New Zealand.
4Division of Infection and Immunity, Faculty of Biomedical Life Sciences, & Wellcome Trust Centre for Molecular
Parasitology, Glasgow Biomedical Research Centre, University of Glasgow, 120 University Place, Glasgow G12
8TA, Scotland, UK.
5Bernhard Nocht Institute for Tropical Medicine,Bernhard-Nocht-Str. 74, 20359 Hamburg, Germany.
6Institute of Cell Biology, University of Bern, Baltzerstasse 4, 3012 Bern, Switzerland.
7Wellcome Trust Centre for Molecular Parasitology, University