Publicité
Accueil > Actualité médicale > Psychiatrie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2011-04-14
Actualité médicale

Tags: schizophrénie -  neurones, cellules souches - 
La schizophrénie dans la peau - Actualité médicale
La schizophrénie dans la peau

L'étude de neurones fabriqués à partir de cellules souches de la peau de patients schizophrènes a permis à des chercheurs américains de découvrir de nouveaux mécanismes biologiques de la maladie. Leurs travaux ont été publiés hier sur le site de la revue Nature.

Publicité

Psychose, qui se manifeste par la perte du contact avec la réalité et la perte de la perception de soi, la schizophrénie est la maladie mentale chronique la plus fréquente. Dans les pays économiquement développées, Elle touche près de 1 % de la population sans distinction de sexe. Les premiers signes apparaissent entre 15 et 25 ans. Différents facteurs génétiques et environnementaux, entre autres, jouent un rôle dans l'apparition de la maladie. Alors qu'aucune cause spécifique n'a été découvert, le consensus scientifique privilégie, à l'heure actuelle, des origines biologiques.
L'étude de la schizophrénie reste particulièrement compliquée, en l'absence de modèles animaux. Tout l'intérêt de l'approche de Fred Cage de l'Université de Californie et de ses collègues du laboratoire du Spring Harbor de New York est d'être passé par des chemins détournés. Dans un premier temps, ces derniers ont prélevé des cellules de peau de quatre patients schizophrènes, qu'ils ont ensuite transformé en cellules souches, puis en neurones. Les chercheurs ont ainsi obtenu des cellules nerveuses de chacun des patients. En parallèle et avec la même méthode, Ils ont produit des neurones de personnes saines.
En comparant les cultures témoins à celle des malades, ils ont découvert des différences significatives, notamment, au niveau du nombre de connections synaptiques. Elles sont beaucoup moins nombreuses chez les patients schizophrènes. Suite à ses constations, ils ont testé cinq des traitements utilisés couramment pour soigner cette pathologie. Les chercheurs ont ainsi montré l'efficacité de la loxapine, qui améliore considérablement les connections neuronales.
Ces travaux qui ont permis de mieux comprendre un des mécanismes impliqués dans la schizophrénie, montre l'importance d'une telle approche afin de tester de nouvelles thérapies et de mettre en place des traitements personnalisés.

Article écrit le 2011-04-14 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: Nature Accéder à la source


Publicité

En savoir plus