Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2011-05-10
Fil actus Santé

Tags: cancérologie -  cancer -  tratement -  température - 
Cancer : L'hyperthermie comme nouvelle alliée - Fil actus Santé
Cancer : L'hyperthermie comme nouvelle alliée

Chimiothérapie ou radiothérapie, principales thérapies anticancéreuses, sont trop souvent en butte à une résistance des cellules tumorales. Un seul moyen pour éviter cette défense, un petit coup de chaleur. C'est ce que montre une étude hollandaise publiée dans les Proceedings of the National Academy of Science.

Publicité

La plupart des traitements classiques pour lutter contre les cancers agissent à travers un mécanisme cytotoxique dont le but ultime est de détruire l'ADN des cellules tumorales, pour éviter leur prolifération et entraîner leur sénescence. Ces dernières, particulièrement malines, trouvent souvent le moyen de résister, notamment en mettant en action la machinerie de réparation de l'ADN, et particulièrement la recombinaison homologue.

C'est à cette voie que Jacob Aten et ses collègues de l'Academic Medical center d'Amsterdam ont décidé de s'attaquer. En premier lieu, ils ont constaté chez la souris, qu'une hausse de température de l'organisme de quelques degrés (de 37°C à 41°C) permettait d'inhiber le mécanisme de recombinaison homologue.
Ils ont ensuite montré que cette même hausse de température agissait directement sur les cellules cancéreuses, les rendant plus sensibles au traitement qui permet d'inhiber la protéine PARP-1, dont le rôle principal est de reconnaître les cassures de l'ADN et d'alerter la machinerie cellulaire en vue d'une réparation.

Quelques degrés en plus lors d'un traitement anticancéreux pourraient ainsi permettre, en jouant sur deux points essentiels de la réparation d'ADN, une meilleure réponse de l'organisme malade et ainsi améliorer ses chances de rémission. Ces travaux pourraient donc avoir des applications prometteuses dans le traitement de nombreuses tumeurs.

Article écrit le 2011-05-10 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: PNASAccéder à la source


Publicité

En savoir plus