Publicité
Accueil > Revue de presse >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité
2011-05-11
Revue de presse

Tags: alcoolisme -  addictions - 
Baclofène : pour ou contre ? - Revue de presse
Baclofène : pour ou contre ?

La Matinée scientifique de l’Institut de Recherches Scientifiques sur les Boissons (Ireb), sur le thème : « Baclofène : pour ou contre ? », propose une conclusion équilibrée sur ce produit qui continue de susciter de nombreux débats scientifiques et médiatiques quant à son efficacité pour lutter contre les addictions, notamment l’alcoolisme.

Publicité

Au cours du débat animé par Michel Hamon, vice-président du comité scientifique de l’Ireb et professeur de neuropharmacologie, Jean-Pol Tassin, directeur de recherche à l’Inserm, neurobiologiste et spécialiste des addictions, a analysé le mode d’action du baclofène : « Un agoniste des récepteurs GABA-B qui, chez l'animal, diminue la motivation à s'auto-administrer les drogues d'abus. Selon toute vraisemblance, cette baisse de motivation est due à l'action inhibitrice du baclofène sur l'activité des neurones dopaminergiques eux-mêmes responsables de l'activation du circuit de la récompense ». Il ajoute toutefois que « malgré tout l'intérêt potentiel de cette molécule, ses effets indésirables suggèrent que d'autres composés modulateurs du récepteur GABA-B pourraient avoir une action thérapeutique analogue sans en présenter les inconvénients ».

Philip Gorwood, membre du comité scientifique de l’Ireb et psychiatre, a présenté une synthèse des connaissances cliniques relatives au baclofène et à son utilisation dans le traitement de l’alcoolo-dépendance. « A l’actif du baclofène, on peut inscrire un bon et ancien rationnel pharmacologique, une excellente image (effet d’attente) auprès des patients et plusieurs cas de baisse de l’appétence ressentie, phénomène pourtant rare ». Toutefois, il remarque également que « le baclofène a contre lui une utilisation qui n’est pas aussi anodine qu’attendue (effets indésirables et sécurité d’emploi), des études rigoureuses globalement défavorables (jusqu’à ce jour) et un positionnement périlleux (reprise automatique de la maitrise de sa consommation) ».

Pour lui, le baclofène n’est pas encore assez connu mais ne peut plus être ignoré dans les approches thérapeutiques. Il reste toutefois beaucoup de questions en suspens (pour qui ? comment ? à quelle dose ? quelle procédure de surveillance ? de prescription ? quelle aide parallèle est la plus efficace ?).

Article écrit le 2011-05-11 par IREB
Source: IREB

Mots clés: alcoolisme addictions


Publicité

En savoir plus

Lire également




: Sur le même thème...