Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Revue de presse santé
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2011-06-08
Fil actus Santé

Tags: prescription -  médicaments - 
HAS : vers la fin du « tout médicament » - Fil actus Santé
HAS : vers la fin du « tout médicament »

Dans un rapport, intitulé « Développement de la prescription de thérapeutiques non médicamenteuses validées », et remis hier au ministère de la Santé, la Haute autorité de santé (HAS) prône la fin du « tout médicament » et ouvre la voie à de nouvelles pistes de thérapies non médicamenteuses

Publicité

C'est une véritable révolution que souhaite mettre en place la HAS, avec à la clé, un changement profond des mentalités de la part des patients mais aussi des professionnels de santé. À l'heure actuelle, 9 Français sur 10 sortent d'une consultation avec une ordonnance médicamenteuse en main. C'est beaucoup trop et c'est ce qui fait, de la France, la championne d'Europe en ce qui concerne la vente et la prise de médicaments. Il est donc temps de modifier nos habitudes.

Selon Clémence Thébaut, chef de projet à la HAS et auteur du rapport, il existe d'autres alternatives pour prévenir et guérir : changer son mode de vie, améliorer son alimentation, pratiquer une activité physique et sportive, consulter un psychologue, etc... Bien que persuadée du bien-fondé de ses recommandations, elle estime toutefois qu'il faudra beaucoup de temps pour faire évoluer ces pratiques. Sachant que le patient type qui consulte s'attend à ressortir du cabinet de son médecin avec une ordonnance, il est très compliqué pour ce dernier d'en faire l'économie. Proposer des alternatives à un traitement médicamenteux va demander au prescripteur plus d'investissement personnel, et surtout, plus de temps pour convaincre le malade du bien-fondé de ces thérapies parallèles. Sachant qu'à l'heure actuelle, le praticien est payé à l'acte, de nouvelles formes de rémunération devront sans doute être étudiées pour inciter ce dernier à accompagner le patient dans cette nouvelle voie thérapeutique. Un autre question se pose : prescrire par exemple des séances d'activité physique est bon pour la santé , on n' en doute pas, mais au vu des prix exorbitants pratiqués par les salles de sport, ça l'est beaucoup moins pour le porte-monnaie. Dans ce cadre, une prise en charge partielle pourraient être envisagée. Saisie par la HAS sur l'ensemble du rapport, la direction de ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2011-06-08 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: HASAccéder à la source


Publicité