Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2011-08-22
Fil actus Santé

Tags: Ecstasy -  tumeur - 
Un dérivé de l’ecstasy pour soigner certains cancers du sang - Fil actus Santé
Un dérivé de l’ecstasy pour soigner certains cancers du sang

D’après une étude publiée en ligne sur le site de la revue Investigational News Drugs, des chercheurs ont montré qu’en détruisant les cellules cancéreuses, une forme modifiée de l’ecstasy serait 100 fois plus efficace pour lutter contre certaines tumeurs.

Publicité

Il y a 6 ans, John Gordon et ses collègues de l’Université de Birmingham (Royaume-Uni) ont découvert que plus de la moitié des cancers du sang réagissait positivement aux psychotropes comme l’ecstasy. Ces derniers, qui jouent un rôle sur l’état du système nerveux central en altérant ses fonctions (modifications de la perception, des sensations, de l'humeur, etc.), permettaient de bloquer la croissance des tumeurs. A l’époque, malgré ces résultats encourageants, les chercheurs n’avaient pas trouvé de moyen de traduire leurs travaux en avancées thérapeutiques, car la quantité d’ecstasy nécessaire pour traiter un cancer était mortelle pour l’homme.
Depuis, l’équipe britannique cherche des moyens de contourner ce problème. La solution est arrivée d’Australie. Des chercheurs de l’Université de l’Australie de l’Ouest ont mis au point un dérivé de l’ecstasy, baptisé MDMA. Ce dernier, selon les travaux de John Gordon, est 100 fois plus efficace dans la lutte contre les cancers et donc utilisable en plus faible quantité.
Bien que préliminaires, ces résultats ouvrent la voie à de nouveaux espoirs dans la lutte contre certains cancers comme les leucémies, les lymphomes ou les myélomes. Les scientifiques britanniques espèrent pouvoir rapidement entamer les premières études précliniques, afin de vérifier l’innocuité du traitement sur l‘homme avant de tester in vivo son efficacité.

Article écrit le 2011-08-22 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: AFPAccéder à la source


Publicité

En savoir plus