Publicité
Accueil > Politique de Santé - Santé publique > Economie médicale, Santé publique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2011-08-29
Politique de Santé - Santé publique

Tags: Taxe -  soda -  déficit - 
Taxation des sodas sucrées : une mesure qui divise les spécialistes de la santé - Politique de Santé - Santé publique
Taxation des sodas sucrées : une mesure qui divise les spécialistes de la santé

Afin de réduire le déficit de l’État, le gouvernement a annoncé la semaine dernière un plan d'économies qui devrait permettre une rentrée d’argent rapide dans les caisses publiques. Une des mesures préconisées concerne une taxe sur les boissons comportant du sucre ajouté, taxe qui devrait rapporter à la sécurité sociale 120 millions d'euros par an. Présentée par les autorités de santé comme s'inscrivant dans la logique du nouveau Plan national obésité, cette dernière suscite de vives critiques chez les professionnels de santé.

Publicité

Alors que la France doit faire face comme tous les pays européens à la crise de la dette, le Premier Ministre, François Fillon, a annoncé jeudi dernier, différentes mesures qui ont pour objectif de réduire au plus vite le déficit du pays. Si le plan d’économies est loin de faire l’unanimité, une des options choisies par le gouvernement focalise l’attention des nutritionnistes et des spécialistes de la santé.
Après concertation avec les différents ministres concernés par les questions budgétaires, il a été décidé d’augmenter le prix de chaque litre de boissons comportant des sucres ajoutés (sodas et certains nectars de fruits) de 3,6 centimes d’euros à partir de 1er janvier 2012. Rapporté à une canette de 33 cl, il en coûtera à chaque consommateur 1 centimes de plus.
Si en elle-même la mesure n’a pas de quoi alarmer l’opinion publique, outre le fait qu’elle impacte sur les budgets de l’ensemble de la population française, c’est dans sa justification que les professionnels de santé sont plus sceptiques. En effet, cette nouvelle taxation, qui devrait rapporter 120 millions d'euros supplémentaires par an à la sécurité sociale, s’inscrit selon le gouvernement dans la lutte contre l’obésité.
Plusieurs nutritionnistes estiment que cette mesure n’aura aucun effet sur le surpoids qui est lié à un ensemble de facteurs et de comportements accumulés sur des années et non à un changement infime de consommation. Pour eux, cela ressemble plus à un effet d’annonce déguisé derrière un argument fallacieux.
Cette mesure soulève un autre problème de santé tout aussi grave. La taxation ne concernant que les produits à sucres ajoutés, elle favorise de facto les boissons contenant des édulcorants, comme l’aspartame. Ce dernier est depuis plusieurs mois dans la ligne de mire de certains chercheurs qui lui attribuent des effets ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2011-08-29 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: AFPAccéder à la source


Publicité

En savoir plus