Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Revue de presse santé
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2011-09-01
Fil actus Santé

Tags: maigreur -  obésité -  génétique - 
Être trop maigre serait donc génétique  - Fil actus Santé
Être trop maigre serait donc génétique

A l’instar de l’obésité, l’extrême maigreur ou maigreur pathologique aurait aussi des origines génétiques. D’après des chercheurs français et suisses, les mêmes gènes seraient d’ailleurs impliqués dans les deux pathologies. C’est un excès de copie de ces derniers, situés sur le chromosome 16, qui seraient en cause, selon l’étude parue dans la revue Nature.

Publicité

Actuellement en France, plus de 3 millions de personnes sont en état de grande maigreur, c’est à dire qu’elles ont un indice de masse corporelle ou IMC (masse divisée par la taille au carré) inférieur à 18,5. Selon les spécialistes, ce n’est pas parce qu’on en parle moins que l’extrême maigreur n’est pas tout aussi inquiétante que l’obésité. En effet, les personnes, qui en sont atteintes, tout comme celles en grand surpoids, ont une mortalité trois fois plus élevée que le reste de la population.
Suite à la découverte l’an passé de facteurs génétiques impliqués dans l’obésité, Philippe Froguel de l’Institut Pasteur de Lille et ses collègues de l’Université de Lausanne ont essayé de savoir si la maigreur pathologique pouvait elle aussi avoir des origines génétiques. Pour cela ils ont analysé le génome de plus de 100 000 personnes à travers le monde.
Ils ont ainsi découvert que la même zone génétique sur le chromosome 16 était à l’origine de la maigreur et de l’obésité. D’après Philippe Froguel, cette région du génome est particulièrement instable. Il arrive régulièrement que les copies de gènes s'y fassent mal. Les chercheurs ont d’ailleurs constaté que les personnes en grande maigreur avaient souvent plus d’une copie des ces gènes - en moyenne 3, alors qu’a contrario les personnes obèses n’en ont qu’une. Autre fait important, cette anomalie génétique baptisée des « trois copies » est héréditaire.
Selon les travaux menés par ces chercheurs, 28 gènes seraient en cause et pourraient constituer les « gènes de l’appétit ».
Cette découverte est une grande avancée dans la compréhension des maigreurs pathologiques, qui ne sont pas à confondre avec l’anorexie. En effet, il sera dans un futur proche capable de savoir si un enfant étonnamment maigre est porteur de l’anomalie. Il sera ainsi plus facile ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2011-09-01 par Olivier frégaville- Arcas - Information hospitalière
Source: eurekalertAccéder à la source


Publicité

En savoir plus