Publicité
Accueil > Politique de Santé - Santé publique > Neurologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2011-09-15
Politique de Santé - Santé publique

Tags: maltraitance -  bébés -  nourrissons - 
Syndrome du bébé secoué : La HAS donne ses recommandations - Politique de Santé - Santé publique
Syndrome du bébé secoué : La HAS donne ses recommandations

Pleurs excessifs, cris amènent parfois et malheureusement certains parents excédés, ou toute autre personne qui s occupe de nourrissons, à commettre un acte trop souvent irréparable …secouer le bébé. Cette pulsion passagère peut avoir des conséquences graves voire mortelles sur l’enfant. Dans le but d’aider les professionnels de santé à être plus vigilants, et ainsi mieux repérer les syndromes du bébé secoué, la Haute autorité de santé (HAS) vient de publier une série de recommandations.

Publicité

Chaque année, les experts estiment que 200 nouveaux nés de moins de un an sont victimes du syndrome du bébé secoué. Et la plupart du temps, ils ont souvent moins de 6 mois. Si la majorité d’entre eux conserveront à long terme des séquelles neurologiques graves, 10 à 40 % ne survivront pas au traumatisme subi. Avant un an, le cerveau de l’enfant n’est pas complètement développé et ne rempli pas la totalité de boîte crânienne. Lors de choc violent et de secousses, ce dernier s’écrase contre les parois osseuses et un certain nombre de vaisseaux sanguins éclatent, entrainant de graves dommages.
Comment arrive ce drame ? Le plus souvent, les parents n’arrivent pas à calmer les peurs prolongés de leur progéniture. Excédés, fatigués, ils perdent patience et en arrivent à les maltraiter. Malheureusement, beaucoup ne connaissent pas les risques qu’encourent leurs enfants lors de ce geste trop souvent désespéré. Avant d’en arriver là, les spécialistes conseillent aux parents de coucher le nouveau-né sur le dos et de quitter la pièce.
Afin d’éviter les récidives et d’aider les professionnels de santé à une meilleure prise en charge des bébés victimes de cette maltraitance, la HAS a édicté un certain nombre de recommandations et de conseils. On peut d’ailleurs noter, qu’une grille d’évaluation est mise à la disposition des médecins pour mieux diagnostiquer les cas de secouement.
Souhaitant aussi prévenir les risques, l’organisme souligne le rôle important que peuvent avoir les professionnels de santé comme relais auprès des parents. Ainsi la HAS préconise à ces derniers d’anticiper et de prévenir les jeunes parents que les pleurs de leur enfant pourront parfois les excéder et qu’il est important qu’ils gardent leur calme car les conséquences de secousses trop violentes peuvent être irréparables.

Article écrit le 2011-09-15 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: HASAccéder à la source


Publicité

En savoir plus