Publicité
Accueil > Politique de Santé - Santé publique > Economie médicale, Santé publique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2011-10-05
Politique de Santé - Santé publique

Tags: dépression -  stress -  travail -  pathologies professionnelles - 
Santé et travail : hausse des troubles  psychosociaux - Politique de Santé - Santé publique
Santé et travail : hausse des troubles psychosociaux

Publié hier, si l’on en croit le rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), on est bien loin du fameux gimmick « le travail c’est la santé ». Au cours des dix dernières années, les troubles musculo-squelettiques (TMS) et les risques psychosociaux (RPS), c’est-à-dire dépression, stress, ou violence, etc., liés aux conditions de travail et au travail en lui-même, ont constamment augmenté.

Publicité

D’après les experts qui ont travaillé sur le rapport de l’Anses, les risques de dépression ou d’être en état de stress sont devenus, au cours des dix dernières années, la deuxième cause de pathologie liée au travail et à son environnement, passant devant les maladies de peau, les tumeurs ou autres problèmes de l’audition. C’est ce qui ressort des données fournies par les 32 centres de consultation de pathologies professionnelles. Ces derniers sont partie intégrante de différents centres hospitaliers universitaires répartis sur l’ensemble du territoire et donc, accessibles à tous les travailleurs.
Les risques psychosociaux représenteraient un peu plus de 22 % des pathologies chez l’ensemble des actifs. Toutefois, il existe un sex-ratio important. En effet, ils correspondraient à 29 % des pathologies chez les femmes, contre 15 % chez les hommes. Dans le même ordre d’idée, il apparaît que dans l’industrie, les pathologies liées au RPS sont passées de 3,7 % en 2001 à 14,6 % en 2009. Ceci n’est rien par rapport aux données qui émanent du secteur de la santé, où les chiffres ont de quoi inquiéter. En 10 ans, on est passé de 8 % de RPS à 37 %.

L’étude confirme que les pathologies respiratoires restent largement en tête des maladies en relation directe avec le travail, avec un quart des cas. Il est aussi important de constater qu’il y a un vrai distinguo entre les sexes. En effet, d’après les experts de l’Anses, les hommes seraient plus touchées par des tumeurs, des maladies respiratoires ou des problèmes d’audition, alors que les femmes seraient plus sujettes à des problèmes psychiques, des pathologies cutanées ou des troubles musculo-squelettiques…

Article écrit le 2011-10-05 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: AFPAccéder à la source


Publicité

En savoir plus