Publicité
Accueil > Fil actus Santé > biotechnologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2011-10-14
Fil actus Santé

Tags: cellules souches -  thérapie génique -  cirrhose -  insuffisance hépatique - 
Thérapie génique et cellules souches adultes pour soigner des cirrhoses du foie - Fil actus Santé
Thérapie génique et cellules souches adultes pour soigner des cirrhoses du foie

Pour la première fois, des chercheurs britanniques et français ont réussi à combiner la technologie des cellules souches adultes génétiquement modifiées avec la précision de la thérapie génique pour corriger les erreurs génétiques qui sont à l’origine de la cirrhose du foie. Les résultats encourageants de ces travaux menés chez la souris sont publiés dans la revue Nature.

Publicité

La cirrhose du foie est due à une mutation dans le gène qui code pour une protéine essentielle au bon fonctionnement des cellules du foie. Avec le temps et l’âge, cette mutation peut amener de grave complication que seule une transplantation de foie peut guérir.
Afin d’éviter cette opération lourde, David Lomas et ses collègues de l'Institut Wellcome Trust Sanger et de l'Université de Cambridge, en collaboration avec l’équipe de Hélène Strick-Marchand (Inserm, Institut Pasteur), ont tenté de régénérer le foie de souris malades à l’aide de cellules souches adultes qui étaient corrigées génétiquement.
Pour cela, les chercheurs ont travaillé en plusieurs étapes. Dans un premier temps, les scientifiques d’outre-Manche ont prélevé des cellules de la peau de patients atteints d’insuffisance hépatique qu’ils ont transformées en cellules souches, avant de les mettre en culture. Puis les chercheurs français ont corrigé la mutation responsable de la maladie dans ces dernières, en leur injectant par thérapie génique un gène correcteur capable de permettre la production de la protéine manquante. Une fois, ces cellules devenues « saines », elles ont été injectées dans la rate de souris atteintes par une insuffisance hépatique.
Les chercheurs ont pu constaté rapidement, qu'elles ont migré vers le foie dans lequel elles se sont implantées afin de le régénérer en partie. Aprés analyses, les scientifiques ont montré que seules 5 % des cellules de l'organe hépatiques sont capables de synthétiser la protéine manquante. Ces travaux devraient faire date dans la recherche contre les maladies génétiques et ouvrent la voie à de nouvelles pistes thérapeutiques.

Article écrit le 2011-10-14 par Olivier Frégaville - Information hospitalière
Source: communiqué de presse InsermAccéder à la source


Publicité

En savoir plus