Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2011-10-25
Fil actus Santé

Tags: Cancer de la peau -  Mélanome -  dermatologie - 
Cancers de la peau : les cabines de bronzage, véritables facteurs de risques  - Fil actus Santé
Cancers de la peau : les cabines de bronzage, véritables facteurs de risques

A priori, rien de nouveau sous les UV des salons de bronzage, me direz-vous… Depuis plusieurs années, les dermatologues mettent en garde les accros du bronzage artificiel contre la dangerosité de ce type de pratique. Si le risque de favoriser le développement de cancers de la peau est connu depuis longtemps, c’est la première fois qu’une étude de grande ampleur confirme ce risque. Les résultats de ces travaux menés aux Etats-Unis ont fait l’objet d’une session spéciale lors du 10e congrès international de l’Association américaine contre le Cancer (AACR).

Publicité

Depuis plusieurs jours, les cieux s’assombrissent un peu plus pour les salons de bronzage. Alors qu’il y a quelques jours, un rapport du Laboratoire national d’études (LNE) de Trappes (Yvelines), pointait du doigt le fait qu’un appareil à bronzer sur 5 ne serait pas aux normes et serait susceptible de provoquer des brûlures, l’étude menée par Ming Zhang et ses collègues du service dermatologique de l’Hôpital général du Massachussetts, jette un nouveau pavé dans la mare, dans ce secteur qui concerne 12 000 cabines sur le sol français, et plus de 8 millions d’ "accros".

De 1989 à 2009, les chercheurs américains ont suivi le dossier médical de 73 500 infirmières ayant utilisé ce type d’appareil, du lycée et à l'université, puis au cours de leur vie active, de 25 à 35 ans. Les résultats qu’ils ont obtenus sont accablants : 4 séances par an suffiraient à augmenter de 15 % les risques de développer un cancer baso-cellulaire ou un cancer spino-cellulaire, et de 11 % ceux de favoriser un mélanome. D’autre part, les chercheurs ont constaté que plus la personne était "accro" aux UV artificiels, plus les risques étaient importants.

Toutefois, malgré l’intérêt de ce travail et l'importance du panel, il manque un certain nombre d’informations qui permettraient d’évaluer l’ampleur du risque. En effet, lors de la présentation de l’étude aux États-Unis, il n’y avait pas de référence sur la typologie des patientes : blondes, brunes ou rousses, peau claire ou foncée, etc... Dans l’attente de la publication de cette étude, un seul conseil : les UV, ça donne bonne mine… mais il ne faut surtout pas en abuser !…

Article écrit le 2011-10-25 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: Le FigaroAccéder à la source


Publicité

En savoir plus