Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Economie médicale, Santé publique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2011-11-03
Fil actus Santé

Tags: dépression -  génétique -  anxiété - 
Dépression sous influence génétique et psychologique - Fil actus Santé
Dépression sous influence génétique et psychologique

Quinze jours après la journée européenne de la dépression, des chercheurs français du CNRS dévoilent de nouveaux mécanismes qui pourraient expliquer les états dépressifs et anxieux. Des facteurs psychologiques, environnementaux, et une composante génétique seraient directement impliqués dans la survenue de ces troubles, d’après les travaux publiés dans la revue Human Brain Mapping.

Publicité

Malgré de nombreuses découvertes notamment au cours de ces dernières décennies, le cerveau et son fonctionnement restent encore une terre inconnue que les scientifiques du monde entier essayent d’explorer pas à pas. Afin de mieux comprendre quels facteurs influencent ce dernier et entraînent un état dépressif, Philippe Fossati et ses collègues du Centre "émotion-remédiation et réalité virtuelle" (CNRS / UPMC / CHU Pitié-Salpêtrière) se sont intéressés à l’amygdale (structure du cerveau impliquée dans l’analyse des émotions et dont l’activité est particulièrement élevée chez les personnes dépressives et anxieuses), et à son fonctionnement.

Suite à différentes analyses et observations, les chercheurs ont constaté que ces deux noyaux du système limbique pouvaient être modulés en fonction d'un gène, de l'histoire personnelle et de l'activité cognitive des sujets. Ces données leur ont permis de découvrir qu’en fonction de la copie du gène 5-HTTLPR (forme longue ou courte), les patients ne réagiront pas de la même façon à une psychothérapie. Ainsi, le gène pourrait influencer la réponse de la personne en état dépressif ou anxieux.

Si des travaux précédents avaient déjà montré que 5-HTTLPR, gène codant pour le transporteur de la sérotonine, pouvait être impliqué dans la survenue ou non de la dépression, l’équipe de Philippe Fossati a voulu en savoir plus sur le rôle de ce dernier et a réalisé des IRM cérébrales fonctionnelles sur 45 sujets sains, porteurs ou non de la forme courte du gène. Chaque participant a suivi des tests basés sur l’observation de photographies, et il devait chaque fois décrire l’émotion qu'elles lui procuraient par rapport à sa propre histoire, ou juste mentionner si la vue lui était agréable ou non. Les chercheurs ont constaté que chez les personnes possédant la forme courte du gène, l’activité de l’amygdale était plus élevée lorsque la vue d’une ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2011-11-03 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: Communiqué de presse CNRSAccéder à la source


Publicité

En savoir plus