Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2011-11-08
Fil actus Santé

Tags: Leucémie -  nucléaire - 
Leucémie de l’enfant : le nucléaire ne serait pas en cause ?  - Fil actus Santé
Leucémie de l’enfant : le nucléaire ne serait pas en cause ?

Est ce que vivre à proximité d’un site nucléaire pourrait être un facteur de risques aggravant pour développer une leucémie chez les enfants ? A cette question, les opinions des experts divergent. Afin de mettre fin à la controverse, Jacqueline Clavel, épidémiologiste à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) vient d’annoncer qu’une nouvelle étude est en cours pour évaluer le réel impact du nucléaire sur la santé des plus jeunes.

Publicité

En 2004, l’équipe d'épidémiologie environnementale des cancers, dirigéeee par Jacqueline Clavel a déjà publié une étude qui n’a pas permis de faire un lien entre un risque supplémentaire de développer une leucémie chez l’enfant quand ce dernier vit à proximité d’un site nucléaire. Trois ans plus tard, des travaux menés en Allemagne, qui ont permis de recueillir un certain nombre d’informations sur les populations germaniques ayant pour voisines une centrale nucléaire, montrent eux que le risque existee bien et tout particulièrement chez les petits jusqu’à leur cinquième année.
Ces données ont incité les chercheurs français à faire une nouvelle évaluation des riques. « Nous devrions publier les premiers résultats dans les mois à venir », espère Jacqueline Clavel. Toutefois, d’après les premières informations qu’elle a recueillies la chercheuse estime que les radiations ionisantes à faible dose peuvent être fortement suspectés dans le développement chez l’enfant de leucémie. Chaque année, on estime à plus de 470, le nombre de nouveaux cas.
Actuellement d’autres potentiels facteurs de risques sont à l’étude, tels que les champs magnétiques à extrêmement basse fréquence, générés par les lignes à haute tension, ou l'exposition au benzène de l'essence dans le trafic routier ou à proximité des stations services ou bien encore l'exposition chronique au radon, un gaz émis dans des vieux massifs granitiques. C’est en tout cas les autres pistes envisagées par le groupe de travail qui vient d’être créé par l'Autorité de la sûreté nucléaire (ASN), dans le but définir le réel impact des sites nucléaires sur la santé des enfants. Affaire à Suivre…

Article écrit le 2011-11-08 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: AFPAccéder à la source


Publicité

En savoir plus