Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2011-12-08
Fil actus Santé

Tags: cancer -  métastase -  tumeur - 
Cancer : découverte d’une protéine clé pour bloquer le développement des métastases - Fil actus Santé
Cancer : découverte d’une protéine clé pour bloquer le développement des métastases

D’après un article paru dans la revue Nature, des chercheurs suisses auraient découvert une protéine, déjà présente dans l’organisme, capable de bloquer le développement des métastases.

Publicité

Un des principaux risques de complications chez les patients atteints par cancer, c’est le développement de métastases. C’est à dire quand des cellules cancéreuses diffusent d’une tumeur maligne à la recherche d’un terrain favorable dans l’organisme, appelé « niche », pour se multiplier et engendrer une autre tumeur. Des études récentes ont d’ailleurs montré que seules les cellules souches cancéreuses étaient capables de migrer et de s’implanter dans d’autres parties du corps.
En étudiant le parcours de ces cellules de plus près chez la souris, Joerg Huelsken de l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et ses collègues de l'Institut suisse de recherche expérimentale sur le cancer (Isrec) ont découvert que sans la présence de périostine, une protéine exprimée naturellement dans le corps, les cellules cancéreuses diffusées à partir d'une tumeur maligne initiale ne peuvent se développer ailleurs en métastases.
D’après les chercheurs, si la cellule souche, lors de sa migration dans l’organisme, ne rentre pas en contact avec la périostine, elle finit par disparaître ou à rentrer en dormance. Ainsi, il est tout à fait possible d’imaginer qu’en inhibant la production de cette protéine, on pourrait empêcher le développement de métastase. C’est en tout cas l’hypothèse posée par les scientifiques suisses. Afin de vérifier cette théorie, ces derniers ont créé des anticorps chez la souris qui se fixent sur la périostine et empêchent son fonctionnement. Les résultats obtenus sont encourageants et montrent notamment que le fait de bloquer cette protéine n’entraîne pas d’effets secondaires graves.
L’équipe de Joerg Huelsken espère que leur méthode sera transposable chez l’homme et qu’elle pourra développer dans un futur proche des anticorps humain fonctionnel. Affaire à suivre …

Article écrit le 2011-12-08 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: EurekalertAccéder à la source


Publicité

En savoir plus