Publicité
Accueil > Actualité médicale > Neurologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2011-12-14
Actualité médicale

Tags: Cerveau -  protéine tau -  traumatisme cérébral -  maladie d'Alzheimer - 
La protéine tau pourrait être un facteur limitant pour le rétablissement du cerveau - Actualité médicale
La protéine tau pourrait être un facteur limitant pour le rétablissement du cerveau

Connue pour son rôle dans la maladie d’Alzheimer, la protéine tau pourrait bien jouer un rôle dans le rétablissement cérébral après un traumatisme. C’est ce que révèle une étude italo-américaine parue dans la revue Brain.

Publicité

David Brody de l’école de Médecine de Washington, basée à Saint-Louis, et ses collègues de la Fondazione IRCCS Ca Granda-Ospedale Maggiore Policlinico de Milan, se sont intéressés à différents outils qui permettraient d’établir un pronostic quant au rétablissement du cerveau après un traumatisme cérébral important. Actuellement, les médecins se trouvent face à une inconnue car il est très difficile, dans la plupart des situations, de savoir dans quel cas les patients vont survire ou vont recouvrir la plupart de leurs capacités intellectuelles.
Après un certains nombre d’analyses et un suivi médical allant de six mois à un an, les chercheurs ont constaté que les patients ayant un taux particulièrement élevé de protéines tau durant les douze premières heures d’observation après l’arrivée aux urgences, ont souvent plus de mal à récupérer leurs fonctions cérébrales. Pour mesurer l’état neuronal de ces derniers, les scientifiques ont utilisé le test de Glasgow, qui permet de mesurer le degré de profondeur d’un coma.
L’étude publiée sur le site internet de la revue Brain a été menée sur 16 patients ayant subi un grave traumatisme cérébral.
Bien que la méthode ne soit pas totalement fiable, elle pourrait être utilisée en complément des indices pronostics déjà connus, et ainsi permettre de mieux adapter les soins en fonction de l’état du patient.

Article écrit le 2011-12-14 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: Eurekalert Accéder à la source


Publicité

En savoir plus