Publicité
Accueil > Organisation des soins > Revue de presse santé
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2012-01-19
Organisation des soins

Tags: soins -  urgences - 
Vers la fin des médecins de nuit ? - Organisation des soins
Vers la fin des médecins de nuit ?

Dans un avenir proche, il pourrait être bien difficile de trouver un médecin en pleine nuit. La raison : une réorganisation de la permanence des soins qui, si elle était appliquée en l’état, mettrait en danger l'activité de l'association SOS Médecins, la plus importante association de médecins libéraux de France. Serait-on à l’aube d’une nouvelle ère où le 3624 n’existerait plus et où, entre minuit et 8heures du matin, il serait quasiment impossible d’être rassuré sur son état de santé ?

Publicité

C’est un véritable cri d’alarme qui est lancé ce jour par l’association "SOS médecins", vieille de 46 ans. Cette dernière estime que la réorganisation de la permanence des soins, qui devrait voir le jour dans les mois à venir suite à la mise en place de la nouvelle loi "Hôpital, patients, santé et territoires" (HPST), pourrait modifier considérablement la possibilité d'être mis en relation avec un médecin à toute heure du jour ou de la nuit.

En effet, pour se mettre en conformité avec la loi, plusieurs agences régionales de santé (ARS) envisageraient, d’après le quotidien Le Parisien, de ne pas renouveler les accords de garde de nuit les liant à "SOS Médecins". Ainsi, les praticiens pourraient toujours intervenir la nuit mais ne percevraient plus l’indemnité de 150 € versée en compensation de leur nuit de garde.

Si elle était confirmée, cette décision pourrait entraîner, à terme, la quasi-impossibilité de joindre un médecin entre minuit et 8 heures du matin, notamment dans les régions déjà en pénurie de praticiens le jour. La seule solution serait d’appeler le 15 et de passer par les urgences, déjà engorgées.

Pour l’instant, les grandes agglomérations seraient épargnées. Affaire à suivre…

Article écrit le 2012-01-19 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: AFPAccéder à la source


Publicité

En savoir plus