Publicité
Accueil > Fil actus Santé >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2012-01-27
Fil actus Santé

Tags: Cancer du poumon -  tabagisme -  pronostic vital - 
Un test moléculaire pour prédire l’évolution du cancer du poumon - Fil actus Santé
Un test moléculaire pour prédire l’évolution du cancer du poumon

Deux études menées, l’une en Chine, et l’autre en Californie, ont permis de montrer qu’un test prédictif pourrait donner précocement des indications fiables quant au pronostic vital, suite au développement d’un cancer des poumons. Basée sur l’analyse d’activité de 14 gènes, cette méthode pourrait aider les médecins dans le choix des traitements à administrer aux patients. C’est ce que révèlent des travaux qui viennent d’être publiés dans The Lancet.

Publicité

Cause de décès par cancer la plus fréquente chez l’homme, d’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le cancer du poumon est dû à une croissance anarchique des cellules qui composent les tissus du poumon, et tout particulièrement celles de son épithélium. Dans un certain nombre de cas, cette croissance engendre la formation de métastases et la migration de cellules tumorales vers d’autres organes. La cause la plus fréquente est l'exposition chronique à la fumée de tabac, y compris au tabagisme passif. Malgré une détection précoce de cette tumeur, le pronostic est assez souvent mauvais. Actuellement, le traitement standard pour ce cancer est l’ablation par chirurgie, qui peut ensuite être complétée par de la chimiothérapie ou de la radiothérapie, en fonction du pronostic vital et du profil de la tumeur.
Afin d’améliorer les chances de survie des patients atteints par ce type de cancer, des chercheurs chinois et américains ont, dans un premier temps, mis au point à partir de la littérature scientifique existante sur le sujet, un algorithme de calcul du risque de décès. Pour le déterminer avec précision, ils ont suivi en parallèle 361 patients opérés d’un cancer pulmonaire. Leurs travaux ont permis de montrer que l’analyse d’activité de 14 gènes (11 liés à la biologie du cancer et 3 gènes de référence) devrait pouvoir permettre de prédire les risques d’issue fatale, même lors d’un dépistage précoce.
Pour tester leur hypothèse, les chercheurs ont appliqué leur algorithme dans deux études cliniques, la première incluait 433 patients américains, et la seconde, 1 006 chinois.
Les premiers résultats, plutôt concluants, ont permis d’établir trois catégories de malades touchés par un cancer du poumon : ceux avec un niveau de risque de décès faible, ceux avec un niveau fort, et enfin, ceux avec un ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2012-01-27 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: EurekalertAccéder à la source


Publicité

En savoir plus





: Sur le même thème...