Publicité
Accueil > Fil actus Santé >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2012-01-31
Fil actus Santé

Tags: Maladie d'Alzheimer -  peptide bétâ-amyloïde -  Protéine tau - 
Maladie d’Alzheimer : les bienfaits d’une plante traditionnelle indienne 
  - Fil actus Santé
Maladie d’Alzheimer : les bienfaits d’une plante traditionnelle indienne

lors que la communauté scientifique s’agite autour de l’annonce faite par Etienne-Emile Beaulieu, la semaine dernière, concernant la protéine « anti-tau », des chercheurs indiens ont découvert que le ginseng indien, plante utilisée dans la médecine traditionnelle ayurvédique, pourrait jouer un rôle capital dans une stratégie thérapeutique pour lutter contre la maladie d’Alzheimer. En effet, d’après les travaux publiés dans les Proceedings of the National Academy of Sciences, des extraits de cette plante empêcheraient, chez les rats, la formation des plaques amyloïdes dans le cerveau.

Publicité

Maladie neurodégénérative incurable qui entraîne la perte progressive et irréversible des fonctions mentales, telle que la mémoire, la maladie d’Alzheimer toucherait actuellement près de 860 000 personnes en France, et chaque année, 250 000 nouveaux cas seraient recensés. Pathologie spécifique du cerveau, elle est le résultat d’un double processus qui se caractérise par deux types de lésions participant à une lésion plus globale du cerveau : d’une part, l’accumulation en plaques de peptides anormaux bétâ-amyloïdes, et d’autre part, l' augmentation de la capacité de phosphorylation de la protéine tau. Les deux mécanismes étant très étroitement imbriqués, il est d’autant plus difficile de mettre en place des thérapeutiques agissant sur les deux fronts. D’ailleurs, actuellement, il n’existe que des traitements permettant de ralentir la progression de la maladie et ainsi, d’améliorer la qualité de vie des patients et des aidants.

En étudiant le parcours dans l’organisme des peptides bétâ-amyloïdes, et notamment la façon dont ils traversent la barrière hémato-encéphalique, Vijayalakshmi Ravindranath et ses collègues du centre indien de recherche national sur le cerveau, ont découvert qu’il était possible d’empêcher l’entrée des peptides dans le cerveau en bloquant les récepteurs qui permettent son passage.

Les travaux, menés sur des souris génétiquement modifiées pour mimer la maladie d’Alzheimer, ont montré qu’il était possible de « séquestrer » les peptides dans le plasma sanguin en utilisant des extraits de Withania somnifera, le ginseng indien.

D’autres études sont en cours pour confirmer ces premiers résultats encourageants. Toutefois, grâce à leurs travaux, les chercheurs indiens ouvrent la voie à de nouvelles pistes thérapeutiques dans le but d’enrayer la maladie d’Alzheimer…

Article écrit le 2012-01-31 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: EurekalertAccéder à la source


Publicité

En savoir plus





: Sur le même thème...