Publicité
Accueil > Actualité médicale > Obstétrique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2012-02-06
Actualité médicale

Tags: Bioéthique -  Trisomie 21 - 
Dépistage prénatal : attention à la dérive eugéniste… - Actualité médicale
Dépistage prénatal : attention à la dérive eugéniste…

Notre société est elle en train de dériver vers celle décrite dans le livre de Adlous Huxley, Le meilleur des mondes ? C’est la question que se sont posée des spécialistes en bioéthique lors d'une série de débats organisés cette semaine à Strasbourg à l’occasion du 2e Forum européen de bioéthique. Avec en toile de fond, le développement des diagnostics prénatal et pré-implantatoire, et le dépistage quasi systématique de la trisomie 21, certains mettent en garde contre les risques de dérives eugénistes.

Publicité

Face au dépistage de plus en plus fréquent de maladies ou malformations sur les embryons ou les fœtus, certains spécialistes en bioéthique estiment, que si rien n’est fait, on peut glisser doucement mais sûrement vers une forme d’eugénisme. Comme l’a souligné Patrick Leblanc, gynécologue à Béziers et engagé au sein du "Comité pour sauver la médecine prénatale" (CSMP), « la médecine a pour but de soigner les gens et non de traquer les handicaps ».

Et pourtant, la loi de bioéthique votée, l’année dernière favorise malheureusement, pour ce dernier, une dérive vers l’eugénisme, en incitant les femmes enceinte à recourir systématiquement au dépistage de la trisomie 21. Dans le cas ou le diagnostic est positif, 96 % des couples préfèrent interrompre la grossesse.

Afin de délimiter précisément la loi et éviter toute dérive, les spécialistes de la bioéthique ont souligné que les techniques actuelles de diagnostic ont pour unique but de vérifier que l’enfant à venir n’est pas atteint d’une maladie génétique incurable. Ce type de test prénatal ou pré-implantatoire ne peut donc être proposé qu’en cas d'antécédents familiaux connus touchant une personne proche (parents ou frère ou sœur) du futur bébé.

Pour ces médecins, il était important de rappeler que l’objectif de ces méthodes n’est nullement de mettre en place une « fabrique » de bébés parfaits, suite à la sélection de certains gènes… Le risque étant de basculer dans la dérive eugéniste, notamment depuis que « le principe de précaution s'est glissé dans le domaine de l'obstétrique », explique Didier Sicard, ancien président du Comité consultatif national d'éthique, il est important de mettre des garde-fous.

Article écrit le 2012-02-06 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: AFP Accéder à la source

Mots clés: Bioéthique Trisomie 21


Publicité

En savoir plus