Publicité
Accueil > Organisation des soins > Économie de la santé
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2012-02-08
Organisation des soins

Tags: princeps -  génériques - 
Médicaments génériques : le marché fait grise mine  - Organisation des soins
Médicaments génériques : le marché fait grise mine

Pour la première fois en plus de 10 ans d’existence, le nombre de boîtes de médicaments génériques a diminué de 3 % en France. En effet, alors qu’en 2010, les pharmacies ont vendu plus de 630 millions de traitement génériques, elles n’en ont distribué que 614 millions l’année dernière.

Publicité

Si le marché des génériques a augmenté, en valeur, de 3 %, le Gemme, association qui réunit les professionnels du médicament générique, se dit plutôt inquiet de la tendance 2011,notamment : le marché aurait dû être plus florissant car de nombreux médicaments "princeps" sont tombés dans le domaine public l’année dernière. D’après les spécialistes du marché, la véritable raison du recul est la généralisation sur le territoire français en 2011 de la mention "non substituable" apposée par le médecin prescripteur sur l'ordonnance. Cette dernière ne permet pas au pharmacien de remplacer le médicament "princeps" par son identique générique. D’après les dernières données fournies par le Gemme, le taux de substitution est passé de 80 % en 2009 à moins de 70 % l’année dernière.
C’est un véritable frein à la vente de ce type de médicaments substituables. Par ailleurs, les affaires et les scandales médicaux qui ont sensiblement marqué l’année 2011, ont suscité chez le grand public une certaine défiance face au médicament…

Notons que la vente de médicaments génériques a permis à l’assurance maladie d’économiser un peu plus de 2 milliards d’euros au cours de l'année 2011…

Article écrit le 2012-02-08 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: AFPAccéder à la source


Publicité

En savoir plus