Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Revue de presse santé
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2012-02-13
Fil actus Santé

Tags: Autisme - 
Autisme : les psys n’auront plus leur mot à dire  - Fil actus Santé
Autisme : les psys n’auront plus leur mot à dire

Déclaré Grande Cause Nationale 2012, l’autisme est au centre de toutes les attentions. Soigner les enfants et les adultes touchés par ce trouble du comportement est un véritable casse-tête qui divise experts et spécialistes. D’après le quotidien Libération, la Haute Autorité de Santé (HAS) a choisi son camp. Dans un rapport à paraître le 8 mars, cette dernière a décidé que les pratiques psychanalytiques n’avaient plus leur place dans la prise en charge de l’autisme.

Publicité

Depuis la publication, ce matin, dans les colonnes du quotidien Libération, des premières grandes lignes du rapport sur les recommandations de bonnes pratiques dans la prise en charge de l’autisme, que la HAS devrait rendre public au début du mois de mars, la polémique enfle. Pour certains, cette décision est une « bombe clinique », pour d’autres, c’est « archaïque », « catastrophique » et « incompréhensible ». Ce tollé fait suite à la décision des experts de la HAS de refuser le recours à la psychanalyse dans la prise en charge des patients touchés par ce trouble du comportement.
D’après le rapport, c’est « l'absence de données » sur l'efficacité de ces pratiques qui est à l’origine de ce choix, alors que depuis longtemps, la psychanalyse permet de mieux comprendre les mécanismes de ce trouble qui garde toujours une part de mystère.
Par ailleurs, il existe un autre point d’achoppement entre les psys et les autorités sanitaires. En effet, dans le rapport à venir, la HAS, pour les raisons précédemment évoquées ( l’absence de données sur son efficacité ) s’est prononcée contre l’interdiction du packing, pratique consistant à enrouler un enfant dans un drap humide, puis à accompagner, à plusieurs, son réchauffement.
Si ces décisions provoquent la colère d’une partie des professionnels de santé, spécialisés dans la prise en charge des autistes, elles réjouissent certaines associations de parents qui ont réussi à faire casser le lien entre l'autisme et la psychiatrie au profit d’approches éducatives et comportementales… Le débat ne fait que commencer…

Article écrit le 2012-02-13 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: LibérationAccéder à la source


Publicité

En savoir plus