Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Santé publique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2012-02-14
Fil actus Santé

Tags: bébé -  suppositoires - 
Les bébés sont privés de « suppos »! - Fil actus Santé
Les bébés sont privés de « suppos »!

Considérés comme dangereux pour les enfants en bas-âge en raison du risque d’atteinte neurologique (convulsions, par exemple), les suppositoires contenant des dérivés terpéniques (camphre, menthol, eucalyptol, etc.) sont, dès à présent, retirés du marché. C’est ce qu’annonçait hier soir, via son site Internet, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps).

Publicité

Utilisés comme traitement d’appoint pour soigner les affections bronchiques aiguës bénignes, les suppositoires, baumes, et autres crèmes à base de dérivés terpéniques (camphre, cinéole, niaouli, thym sauvage, terpinol, terpine, citral, menthol, huiles essentielles d’aiguille de pin, d’eucalyptus et de térébenthine) ont fait l’objet d’une réévaluation par les autorités sanitaires françaises et européennes, suite à la signalisation par les centres de pharmacovigilance de cas de convulsions sur des enfants de moins de 30 mois.
Après concertation, les experts de l’Afssaps avaient formulé un avis sans appel : ce type de médication devait être contre-indiqué pour les bébés de moins de 30 mois comme pour les enfants ayant eu des antécédents de convulsion fébrile ou d’épilepsie.
C’est désormais chose faite avec le retrait national de ces produits, effectif depuis hier. Prévu, dans un premier temps à la mi-décembre l’année dernière, il avait été retardé afin de tenir compte du « calendrier européen entérinant la décision relative à ces nouvelles contre-indications », a tenu à préciser l’Afssaps.
Pour ce qui concerne les produits contenant des dérivés terpéniques destinés aux enfants de plus de 30 mois, ils porteront dès à présent des mentions sur l’étiquette concernant les contre-indications spécifiques. C'est déjà le cas sur les boîtes de crèmes, gels, ou baumes à appliquer sur la peau, ou des produits destinés à être inhalés…

Article écrit le 2012-02-14 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: AfssapsAccéder à la source


Publicité

En savoir plus