Publicité
Accueil > Politique de Santé - Santé publique > pharmacologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2012-02-23
Politique de Santé - Santé publique

Tags: princeps -  génériques - 
Haro sur les médicaments génériques  - Politique de Santé - Santé publique
Haro sur les médicaments génériques

Véritable pavé dans la mare, le rapport que vient de rendre public l’Académie nationale de médecine est un plaidoyer anti médicaments génériques, les jugeant tour à tour non identiques à la spécialité princeps, plus allergisant et en raison d’un packaging très différents qui peut être très perturbant pour les personnes âgées.

Publicité

lors que pour la première fois depuis un peu plus de 10 ans d’existence, le nombre de boîtes vendues de médicaments génériques a diminué en France, le rapport émis par les sages de la rue Bonaparte ne devrait pas améliorer le marché des médicaments génériques.
En effet après un travail d’analyses de la littérature et des données fournies par les centres de pharmacovigilance, les experts de l’Académie nationale de médecine ont constaté que les médicaments génériques n’étaient pas, contrairement à ce qu’ils devraient être,, des copies conformes de la spécialité princeps. Ainsi, certains génériques, et notamment des antibiotiques, auraient d’une part une efficacité moindre et d’autre part un délai d’action beaucoup plus long.
Par ailleurs, certains génériqueurs, afin de diminuer les coûts de production, passent outre, ou du moins contournent les règles de bonnes pratiques dans la fabrication des médicaments génériques. Les experts de la rue Bonoparte estiment aussi qu’en raison d’une dispersion à travers le globe des lieux de fabrication des matières premières, il est de plus en plus difficile d’avoir un contrôle de qualité dessus.
Afin d’assainir le marché des médicaments génériques, l’Académie nationale de médecine souhaite que les pharmaciens respectent stricto sensus la mention « non substituable » qu’apposent certains praticiens sur les ordonnances. A noter que cette tendance se généralise depuis plusieurs mois. Ainsi, les pharmaciens ont de moins en moins la possibilité de remplacer le médicament princeps par sa copie générique. D’autre part, les experts souhaitent un renforcement des contrôles de qualité sur les médicaments génériques, pour éviter une perte d’efficacité du traitement, ainsi qu’un réel rapprochement de formule entre les deux types de médicaments, notamment pour éviter le plus possible l’utilisation d’excipients à effet notoire, responsables d’allergies.
Enfin, les sages de l’Académie de médecine souhaitent imposer le fait que les patients ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2012-02-23 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: Académie nationale de médecineAccéder à la source


Publicité

En savoir plus