Publicité
Accueil > Actualité médicale > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2012-03-15
Actualité médicale

Tags: diagnostic précoce -  polype -  cancer coloréctal - 
Cancer colorectal : un nouveau test prédictif « made in France » - Actualité médicale
Cancer colorectal : un nouveau test prédictif « made in France »

En plein mois bleu, mois dédié en France à la mobilisation contre le cancer colorectal, deux chercheuses de l’Inserm ont présenté aujourd’hui un nouveau test prédictif du risque de développer ce type de tumeur chez des patients venant d’être opérés de polypes bénins. D’après les travaux qui viennent d’être publiés dans la revue Cancer prevention research, le procédé est basé sur la présence d’une protéine, baptisée prograstrine, au niveau de ces polypes.

Publicité

Quatrième cause de décès par cancer, le cancer colorectal est une tumeur qui se caractérise par une prolifération anormale de cellules au niveau du gros intestin. Prédominant chez l’homme, il touche, chaque année 40 500 français et fait 17 500 victimes. Bien que mal connu du grand public, la meilleure arme contre cette maladie reste le diagnostic précoce.
Afin de favoriser et améliorer ce dernier, Catherine Seva et Audrey Ferrand, chercheuses dans une équipe mixte Inserm / Université Toulouse III - Paul Sabatier (Centre de recherches en cancérologie de Toulouse) ont mis au point un nouveau test qui permettrait d'identifier plus de patients à risques. En effet, lorsqu’un gastro-entérologue détecte des polypes, suite à une coloscopie, il les retire et envoie des échantillons pour analyse afin de s’assurer qu’il n’y a pas de risque cancéreux. En fonction des résultats, le spécialiste conseillera au mieux le patient. Toutefois, cette méthode n’est pas infaillible et certains patients y passent malheureusement au travers. C’est là qu’interviendrait le test de nos deux chercheuses toulousaines.
Après avoir mené une étude dix ans durant, Catherine Seva et Audrey Ferrand ont constaté que les cellules tumorales colorectales ont la particularité de produire de la progastrine. Ainsi, la présence importante de cette protéine spécifique au niveau des échantillons de polypes permettrait de prédire les risques qu’ont les patients de développer un cancer colorectal.
Les premiers résultats de leurs expériences ont montré que 100 % des patients qui présentaient des taux élevés de progastrine ont développé dans les 2 à 10 ans des lésions précoces du cancer colorectal. A contrario, ceux chez qui les taux de progastrine étaient faibles, voire nuls, n’ont développé aucune tumeur.
Le dosage de cette protéine sur les échantillons de polypes pourrait être mis en place facilement de ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2012-03-15 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: Communiqué de presse Inserm Accéder à la source


Publicité

En savoir plus