Publicité
Accueil > Vie professionnelle > Revue de presse
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2012-03-23
Vie professionnelle

Tags: smartphone - 
Les médecins, ces nouveaux « accros » aux smartphones - Vie professionnelle
Les médecins, ces nouveaux « accros » aux smartphones

En quelques années, les smartphones sont devenus un des éléments quasi incontournables de la panoplie du médecin. Ainsi, d’après une enquête que vient de réaliser l'Observatoire des usages numériques en santé, 94 % des praticiens possédant un de ces téléphones portables de nouvelle génération s’en servent à des fins professionnelles.

Publicité

Entrés dans notre quotidien, il y a peu, les smartphones, que d’aucun qualifierait de gadget, ont vu leur public grandir de façon exponentielle. S’ils sont propices aux loisirs, c’est dans la vie professionnelle de chacun que ces véritables ordinateurs portables sont devenus indispensables. Les médecins ne font pas exception à la règle.

D’après le premier baromètre sur « les médecins utilisateurs d'un Smartphone » réalisé par Vidal, en association avec le Conseil national de l'ordre des médecins (CNOM), qui a interrogé par mail 2 131 médecins possédant un smartphone, 53 % des médecins français ont déjà téléchargé une application médicale dans leur téléphone professionnel. Plus d’un tiers d’entre elles sont des bases de données médicamenteuses, et notamment celles axées sur les interactions entre médicaments.

Par ailleurs, une enquête menée par l'Observatoire des usages numériques en santé stipule que 94 % de médecins possesseurs d’un smartphone l'utilisent dans le cadre de l’activité professionnelle, que ce soit comme agenda, dans 81 % des cas, ou comme dictaphone dans 37 % des cas. Cette dernière utilisation s’expliquerait par la diminution du nombre de secrétaires employées par les cabinets médicaux.

Autres intérêts de ces portables, l’accès à Internet qui permet aux praticiens de surfer sur la toile à n’importe quel moment de la journée, que ce soit pour consulter les pages des sites institutionnels (51 %), pour vérifier certaines informations dans les bases de données médicamenteuses (45 %) ou tout simplement pour s’informer sur les dernières actualités médicales (42 %).
dernier enseignement, l’âge, le sexe, la spécialité, le lieu d’exercice ne change rien à l’affaire, comme tout le monde les médecins sont devenus « accros » à leur Smartphone.

Article écrit le 2012-03-23 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: VIDAL et CNOMAccéder à la source


Publicité

En savoir plus