Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Santé publique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2012-04-02
Fil actus Santé

Tags: astme -  vaccin - 
Asthme : un vaccin pour demain ?  - Fil actus Santé
Asthme : un vaccin pour demain ?

Dans la lutte contre l’asthme, de nombreuses voies de recherche sont explorées. D’après les spécialistes, la vaccination pourrait bien être la plus prometteuses des pistes. D’après une étude à paraître dans la revue Human Gene Therapy, des chercheurs français auraient mis en point un vaccin qui, lorsqu’il est administré dans le muscle d’une souris génétiquement modifiée pour être asthmatique, réduit considérablement la sensibilité à l’allergène et ainsi évite la crise.

Publicité

Maladie du système respiratoire touchant les voies aériennes supérieures, notamment les bronches, l'asthme se définit comme une gêne respiratoire à l'expiration, causée par une réaction anormale à un ou plusieurs allergènes. Plus de 4 millions de Français seraient touchés par cette pathologie, et 15 000 seraient hospitalisés chaque année, suite à une crise aiguë. D’après les dernières données épidémiologiques, le nombre de personnes affectées par ce trouble a doublé en 10 ans, à travers le monde.

Actuellement, aucun traitement ne permet de guérir cette maladie. La plupart du temps, on utilise des corticoïdes en phase de crise, en guise de traitement symptomatique. Par ailleurs, il est possible de sensibiliser le patient, c’est-à-dire de lui administrer régulièrement des doses croissantes d’allergène afin de réduire sa sensibilité et diminuer les risques de crises. Toutefois, cette méthode n’est pas toujours efficace.

Bruno Pitard et ses collègues de l’Institut du thorax (CNRS/Inserm/Université de Nantes) ont travaillé à améliorer le processus de désensibilisation. Au lieu d’administrer des doses croissantes d’extraits d’allergène, ils ont imaginé injecter des séquences d’ADN spécifiques de ce dernier.

Afin de vérifier l’efficacité de leur théorie, les chercheurs ont décidé d’injecter, dans le muscle de souris génétiquement modifiées pour être particulièrement sensible à un allergène commun (Derf1), des séquences d’ADN associées à des nanovecteurs constitués d’un polymère synthétique. Le traitement a été administré à deux reprises, à 3 semaines d’intervalle.
Très vite, l’équipe de Bruno Pitard a constaté que les rongeurs ainsi stimulés fabriquaient des anti-corps spécifiques à l’allergène [Derf1]. Ainsi stimulé, le système immunitaire des souris devenait moins sensible. Ultérieurement, en présence de ce dernier, les animaux asthmatiques n’avaient plus de crise.
Forts de ces résultats encourageants, les chercheurs travaillent déjà à la mise en place d’un protocole d’essai clinique pour tester ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2012-04-02 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: Communiqué de presse InsermAccéder à la source


Publicité

En savoir plus