Publicité
Accueil > Vie professionnelle > Cardiologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2012-04-12
Vie professionnelle

Tags: Infarctus -  AVC - 
De l’intérêt d’une unité mobile spécialisée pour la prise en charge des AVC - Vie professionnelle
De l’intérêt d’une unité mobile spécialisée pour la prise en charge des AVC

D’après une étude menée en Allemagne et dont les résultats sont publiés dans le Lancet Neurology, il serait possible de diminuer sensiblement le temps de prise en charge des accidents vasculaires cérébraux (AVC) grâce à la mise en place d’unités mobiles spécialisées. En intervenant directement au chevet du patient, il serait ainsi possible de réduire les risques de complications neurologiques et d’améliorer considérablement les chances de survie du patient.

Publicité

D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’accident vasculaire cérébral (AVC), ou attaque, se définit comme étant un déficit neurologique soudain d'origine vasculaire, causé par un infarctus ou une hémorragie au niveau du cerveau. Chaque année, un peu plus de 120 000 Français en seraient victimes. Selon les dernières estimations, dans 80 % des cas, la cause serait ischémique (un caillot de sang), et les 20 % restants seraient liés à une hémorragie. En Europe et dans la plupart des pays industrialisés, les AVC sont la première cause de handicap physique de l'adulte, et la troisième cause de décès.

Dans le cas où l’attaque est due à un infarctus cérébral, les trois premières heures sont déterminantes pour le patient : il s'en remettra d'autant mieux que sera rapidement détruit le caillot responsable. Forts de ce constat, Klaus Fassbender et ses collègues du centre hospitalier universitaire de Saarland, à Homburg, ont mis en place une unité mobile capable de se rendre dans les plus brefs délais au chevet du patient. L’ambulance était équipée d’un tomodensitomètre (TDM) cardiaque, d’un mini laboratoire de biologie et d’une connexion de télémédecine. L’équipe médicale était composée d’un infirmier, d’un médecin spécialiste et d’un neuroradiologue. L’objectif était d’évaluer l’impact d’un traitement pré-hospitalier sur le devenir des patients ayant subi un AVC.

De novembre 2008 à juillet 2011, les chercheurs ont inclus une centaine de patients âgés de 18 à 80 ans. Tous présentaient des signes d’AVC. Après analyse des différents symptômes, afin d’équilibrer l’essai, 53 patients ont été traités par l’unité mobile, et 47 ont servi de groupe de témoins.

Si, clairement, les patients ayant bénéficié de l’équipement et du savoir-faire de l’équipe mobile ont été soignés plus rapidement que les autres, il n’existe que peu de différence de pronostic entre les deux groupes, que ce soit ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2012-04-12 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: EurekalertAccéder à la source


Publicité

En savoir plus