Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2012-06-07
Fil actus Santé

Tags: BCG -  cancer de la prostate - 
Cancer de la vessie : un nouveau protocole pour renforcer les effets du BCG - Fil actus Santé
Cancer de la vessie : un nouveau protocole pour renforcer les effets du BCG

D’après une étude qui vient d’être publiée sur le site de la revue médicale Science Translational Medicine, des chercheurs français auraient établi un nouveau protocole thérapeutique capable de renforcer le traitement standard dans la lutte contre le cancer de la vessie à haute récidive. Cette méthode pourrait, à terme, limiter les risques de rechute.

Publicité

Deuxième cancer urinaire après celui de la prostate, le cancer de la vessie touchait, jusqu’à peu, essentiellement les hommes. L’augmentation du tabagisme féminin pourrait bien, dans les années à venir, changer cette tendance. Selon les dernières données épidémiologiques, plus de 10 000 nouveaux cas seraient recensés chaque année, et 4 000 personnes succomberaient des suites de cette maladie.

Actuellement, lorsque que le cancer est à haut risque de récidive, le traitement standard consiste à stimuler le système immunitaire grâce à l’immunothérapie, afin de favoriser la destruction des cellules tumorales. Toutefois, les résultats en taux de survie restent faibles, à l’exception du traitement du cancer de la prostate par le vaccin contre la tuberculose, le BCG (le bacille de Calmette et Guérin). En injectant localement des doses de BCG dans la vessie, on observe un taux de survie variant entre 50 et 70 %.

Afin d’améliorer l’espérance de vie des patients à haut risque de récidive, Claire Biot et l’équipe de Matthew Albert, de l’unité d’Immunobiologie des cellules dendritiques (Institut Pasteur/Inserm/Université Paris Descartes), ont tenté différents protocoles sur modèle murin pour rendre l’action du BCG au cœur de la vessie plus efficace. Ils ont ainsi découvert qu’une simple injection sous-cutanée du BCG, faite avant de lancer le traitement standard de « BCG thérapie », permettait d’augmenter considérablement la réponse immunitaire.

Face à ce constat, les chercheurs français, en collaboration avec l’Université de Berne, ont cherché à savoir si le même type de réponses était présent chez les patients ayant été vaccinés par le BCG lorsqu’ils étaient enfants. Ils ont ainsi découvert que les patients dont la vaccination est toujours active ont 80 % de chances de survivre sans risque de récidive. Ce taux descend à 45 % chez ceux testés négativement au BCG. D’après Claire Biot, ces résultats ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2012-06-07 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: Communiqué de presse Inserm/ CNRS/ Institut PasteurAccéder à la source


Publicité

En savoir plus