Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Cardiologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2012-07-25
Fil actus Santé

Tags: infarctus -  thrombose -  Stent - 
Angioplastie : des complications réduites grâce à des stents biodégradables - Fil actus Santé
Angioplastie : des complications réduites grâce à des stents biodégradables

C’est une avancée technique qui pourrait bien modifier considérablement le suivi des patients souffrant de maladies cardiovasculaires et améliorer leur qualité de vie après l’intervention. Créée par Antoine Lafont, cardiologue à l'hôpital européen Georges-Pompidou (université Paris Descartes et Inserm), et par Michel Vert, chimiste au CNRS et spécialiste des polymères biodégradables, la société ART (Arterial Remodeling Technologies) a mis au point des stents entièrement dégradables qui viennent d’être testés sur deux patients souffrant d'un rétrécissement d'une artère coronaire. Les premiers résultats sont particulièrement encourageants…

Publicité

Si l’aventure de la Société ART a commencé en 2002, les premiers stents biodégradables ont été installés (il y a deux semaines à Toulouse, et il y a cinq jours à Paris) pour une première évaluation clinique, sur deux patients souffrant d'un rétrécissement d'une artère coronaire. C’est une véritable révolution dans le monde de la cardiologie. Jusqu’à présent, les stents étaient des sortes de petits ressorts métalliques qu’on introduisait dans les artères bouchées pour permettre au sang de circuler à nouveau normalement. Intervention courante depuis plus d’une trentaine d’années, on estime qu’en France, chaque année, plus de 100 000 personnes ont recours à ce type d’opération tout à fait bénigne, suite à un infarctus ou à une sténose coronaire.

La grande nouveauté, due aux travaux d’Antoine Lafont et de Michel Vert, est d’avoir créé une nouvelle génération de stent sans métal, ne contenant qu’un matériau biodégradable et biocompatible : un polymère de l'acide lactique se dégradant en eau et dioxyde de carbone. L’intérêt de ce système, c’est qu’au bout de trois mois, la structure commence à se dégrader avant de disparaître complètement 18 mois après l’intervention, permettant ainsi à l’artère de retrouver souplesse et liberté de mouvement. Des travaux de recherche antérieurs ont en effet montré qu’au bout de trois mois, la structure métallique des stents classiques n’est plus utile à une bonne circulation sanguine. Ils peuvent même dans certains cas devenir délétères, entraînant chez les patients des réactions d’inflammation provoquant des thromboses, suite à la formation de caillots sanguins. Par ailleurs, les nouveaux stents permettraient aux artères de se remodeler parfaitement autour d’eux, évitant ainsi les risques de rétrécissement, principale complication observée avec les appareils métalliques…

Dans les trois prochains mois, une trentaine de patients touchés par des lésions simples du système cardiovasculaire devraient bénéficier de ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2012-07-25 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: AFPAccéder à la source


Publicité

En savoir plus