Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Ophtalmologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2012-07-31
Fil actus Santé

Tags: DMLA -  Avastin - 
DMLA : L'anticancéreux Avastin<sup>®</sup> interdit à l'usage ophtalmologique

 - Fil actus Santé
DMLA : L'anticancéreux Avastin® interdit à l'usage ophtalmologique

Prise à la mi-juillet, la décision de la Direction générale de la santé (DGS) de proscrire les préparations d'Avastin® (bévacizumab) pour le traitement de la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA), usage hors autorisation de mise sur le marché (AMM), ne cesse de faire polémique dans l'univers de l’ophtalmologie. Si cette nouvelle directive est motivée par le signalement de quelques cas graves d'infection de l'œil, suite à des injections de la préparation, les spécialistes s'insurgent, estimant que l'interdit qui frappe cet anticancéreux(tout aussi efficace et moins coûteux que son concurrent direct, le Lucentis®) n'est pas justifié.

Publicité

Maladie de la rétine provoquée par une dégénérescence progressive de la macula (partie centrale de la rétine), la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) entraîne une baisse importante des capacités visuelles.

Causée notamment par des dépôts blanchâtres qui détruisent progressivement le centre de la rétine de l'œil, ce trouble prive le patient d'une partie de la vision centrale, pouvant aller jusqu'à une cécité partielle. Cette maladie touche essentiellement les personnes âgées de plus de 50 ans, et plus fréquemment, celles de plus de 65 ans. Elle existe sous deux formes : la forme humide qui évolue rapidement, et la forme sèche, plus lente, mais aussi plus destructrice.

Actuellement, s'il existe des thérapies (Lucentis® et Avastin® hors AMM) qui permettent de bloquer la progression de la première forme, aucun traitement ne permet de lutter contre la seconde, qui affecte entre 800 000 et 1 million de Français : il est malheureusement assez courant que la forme sèche progresse vers la forme humide.

Afin d’améliorer la qualité de vie des patients atteints par la forme humide de la DMLA, il est de plus en plus courant,dans de nombreux pays, de prescrire hors des injections oculaires de préparation d'Avastin®, un médicament uniquement autorisé pour soigner certains cancers. A efficacité égale (étude à l’appui), les ophtalmologues préfèrent ce médicament dont une dose coûte entre 30 et 50 euros, au traitement standard (Lucentis®) à 800 euros. Ces deux thérapeutiques agissent en inhibant la croissance des vaisseaux sanguins.

Suite à des signalements d'infection de l'œil consécutives à des injections de préparation de l'anti-cancéreux, la DGS a envoyé, la semaine dernière, à toutes les Agence régionale de santé, une circulaire leur recommandant d'interdire aux établissements de santé l’utilisation de l'Avastin® en dehors de l'AMM, et notamment pour traiter la DMLA.

Devant cette décision, les grands services d'ophtalmologie ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2012-07-31 par Olivier Frégaville-Arcas
Source: Accéder à la source


Publicité

En savoir plus