Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2012-08-31
Fil actus Santé

Tags: cancer de prostate -  aspirine - 
Cancer de la prostate : l’aspirine pour améliorer la survie ?  - Fil actus Santé
Cancer de la prostate : l’aspirine pour améliorer la survie ?

D’après une étude américaine publiée dans la dernière édition du Journal of Clinical Oncology, les hommes ayant développé un cancer de la prostate et prenant régulièrement de l’aspirine vivraient plus longtemps que les autres.

Publicité

Sans doute le plus fréquent chez l’homme, le cancer de la prostate affecterait chaque année un peu plus de 71 000 Français. Actuellement, le type de traitement pour soigner ce type de tumeur est lié à son degré d’avancement. Détecté au plus tôt, il est plus facile à traiter, et plus les chances de survie sur le long terme sont importantes. Chirurgie, radiothérapie, thérapie hormonale, chimiothérapie, ou combinaison de plusieurs de ces méthodes peuvent être employés pour soigner les patients.

Afin de mettre en évidence les facteurs capable d’améliorer leur survie, Kevin Choe et ses collègues de l'University of Texas Southwestern Medical School (Dallas / Texas) ont analysé les dossiers médicaux de 6 000 patients atteints d'un cancer de la prostate et qui ont été soignés soit par chimiothérapie, soit par radiothérapie. Leur premier constat a permis d’établir que 2 200 d’entre eux prenaient régulièrement des anti-coagulants, et notamment de l’aspirine, ou de la warfarine. En comparant les différentes données, ils ont découvert que 3 % d’entre eux sont décédés dans les 10 années qui ont suivi leur traitement contre 8 % chez ceux qui n’en ont pas pris.

Après réflexion, les chercheurs ont supposé que l’aspirine agissait directement sur la tumeur en limitant sa croissance. Toutefois, d’autres travaux seront nécessaires afin de déterminer la dose efficace de cet anticoagulant pour permettre une meilleure survie, et pour découvrir les mécanismes d’action de cette molécule sur les cellules cancéreuses.

Article écrit le 2012-08-31 par Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Source: EurekalertAccéder à la source


Publicité

En savoir plus