Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Gastroenterologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2012-11-05
Fil actus Santé

Tags: maladie de Crohn -  MICI -  OGM -  bactéries - 
Maladies intestinales, des bactéries OGM  comme remède... - Fil actus Santé
Maladies intestinales, des bactéries OGM comme remède...

En modifiant le génome de certaines bactéries, présentes dans les produits laitiers, serait-il possible d’améliorer la qualité de vie des patients souffrants de maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI) ? C’est l’expérience que des chercheurs français ont mené sur des souris , avec succès, d’après une étude parue dans la dernière édition de la revue Science Translational Medicine.

Publicité

En France, plus de 200 000 personnes sont atteintes de maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (Mici). Plus ou moins handicapantes, ces affections, dont fait partir la maladie de Crohn et la recto-colite hémorragique, se caractérisent par l’inflammation de la paroi d’une partie du tube digestif (liée à une hyperactivité du système immunitaire digestif), et peut dans certains cas être source de lésions destructrices (ulcérations). Si certains facteurs environnementaux peuvent aggraver la maladie comme le tabac, les causes en restent encore inconnues. Actuellement, il n’existe pas de traitement pour soigner ces pathologies.

En étudiant les mécanismes à l’origine des Mici, Anne Jeanblanc et ses collègues de l'Inserm, de l'INRA, de l'Institut Pasteur et de l'université Paul-Sabatier (Toulouse) ont découvert que les patients souffrants de ces pathologies ne produisaient plus d’Elafine, une protéine naturellement présente dans l’intestin et jouant un rôle protecteur contre les agressions alimentaires.

Afin de soulager les personnes attentes de Mici, les chercheurs français ont eu l’idée d’introduit dans le génome de bactéries présentes dans les produits laitiers (Lactococcus lactis et Lactobacillus casei) le gène de l'élafine. Leurs travaux sur des souris ont permis de montrer que chez les rongeurs présentant des inflammations similaires, il était possible en les nourrissant de yaourts contenant ces bactéries OGM de réduire considérablement les symptômes de la maladie. Testés sur des cellules humaines cultivées in vitro, les mêmes résultats ont été constatés. Si d’autres travaux et notamment sur l’homme seront nécessaires pour que les yaourts médicaments contenant des bactéries OGM voient le jour dans les rayons des supermarchés, les chercheurs ont d’ores et déjà breveté leur découverte et ont annoncé qu’ils avaient cédé à un industriel une licence d’exploitation exclusive…




Article écrit le 2012-11-05 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: InsermAccéder à la source


Publicité

En savoir plus