Publicité
Accueil > Actualité médicale > Gynécologie obstétrique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2012-11-06
Actualité médicale

Tags: pré-éclampsie -  prématurité - 
Pré-éclampsie : sur la piste de marqueurs prédictifs ?  - Actualité médicale
Pré-éclampsie : sur la piste de marqueurs prédictifs ?

A l’occasion des journées internationales de la biologie qui se tiendront à partir du 7 novembre à Paris, la société américaine PerkinElmer devrait présenter le premier marqueur qui permet, à l’aide d’une prise de sang entre la 11ème et la 13ème semaine de grossesse, de dépister les risques de pré-éclampsie. Cette avancée devrait modifier, à terme, la prise en charge de cette maladie énigmatique, et permettre de mieux l’appréhender.

Publicité

Affection du placenta aux origines mal connues, la pré-éclampsie toucherait chaque année un peu plus de 40 000 Françaises. Si elle n’est pas traitée rapidement, cette maladie complexe peut entraîner, chez la mère, des convulsions provoquant la naissance prématurée de l’enfant afin d'interrompre l'évolution de la maladie, et dans les cas les plus graves, à la mort de celle-ci. Dans notre pays, on compte en moyenne une vingtaine de décès par an des suites d’une pré-éclampsie. Depuis plusieurs années, de nombreuses équipes de chercheurs étudient les mécanismes génétiques et immunologiques impliqués dans cette maladie pour, "in fine", mieux prendre en charge les patientes atteintes par cette affection.

Selon de nombreux spécialistes, les connaissances actuelles sur cette maladie ouvrent de nombreuses perspectives, et notamment, la mise en place d’un test de dépistage précoce permettant de diagnostiquer les femmes les plus à risques.

Jusqu’à présent, seuls les premiers symptômes (hypertension artérielle supérieure à 14/9 et présence de protéines dans l'urine) permettaient de diagnostiquer la maladie. Malheureusement, il était souvent trop tard pour proposer un traitement susceptible d'enrayer le processus.

Différent progrès, notamment en immunologie, ont permis de montrer que des anomalies de fonctionnement des cellules du système immunitaire pouvaient être à l’origine de la pré-éclampsie. En effet, ces dernières n’ont plus la capacité de supprimer la réponse immunitaire contre le fœtus et le placenta. L’organisme de la mère ne tolère plus la présence de ce corps qui devient étranger. D’autres travaux ont permis de montrer que la prise d’aspirine à petites doses, en début de grossesse, permettait de limiter les risques de développer cette affection.

Par ailleurs, une société américaine vient d’annoncer qu’elle profitait des JIB pour annoncer la découverte de marqueurs permettant de dépister, en amont, la pré-éclamspie et ainsi, mieux la prendre en charge ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2012-11-06 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: AFP Accéder à la source

Mots clés: pré-éclampsie prématurité


Publicité

En savoir plus