Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Neurologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2012-11-07
Fil actus Santé

Tags: sérotonine -  Sclérose latérale amyotrophique - 
Sclérose latérale amyotrophique : l’origine des spasmes enfin élucidée… - Fil actus Santé
Sclérose latérale amyotrophique : l’origine des spasmes enfin élucidée…

D’après une étude publiée dans la dernière édition de la revue Brain, des chercheurs français auraient mis en évidence l’origine des spasmes, qui caractérisent la survenue de la sclérose latérale amyotrophique. Ces derniers seraient dus à une dégénérescence des neurones qui produisent la sérotonine, entraînant de facto une baisse de concentration de ce neurotransmetteur dans le cerveau. Cette découverte pourrait ouvrir la voie à de nouvelles thérapeutiques afin d’améliorer la qualité de vie des patients touchés par cette maladie neurodégénérative.

Publicité

Mal connue du grand public, la sclérose latérale amyotrophique (SLA) est une maladie neurodégénérative qui touche en France entre 2 et 3 personnes sur 100 000. Elle se caractérise par une atteinte des neurones (motoneurones et neurones moteurs centraux) qui contrôlent la motricité. Il en découle une faiblesse musculaire qui s’aggrave progressivement jusqu’à l’impossibilité de se mouvoir, de marcher et de parler. Malheureusement, l’issue de cette affection est fatale, et il n’existe actuellement aucun traitement permettant d’enrayer son évolution. Ces principaux symptômes sont l’apparition de spasmes associés à de vives douleurs.

Jusqu’à présent, il était établi au sein de la communauté scientifique que ces derniers étaient dus à la dégénérescence des neurones moteurs centraux, qui jouent un rôle primordial dans l’exécution des mouvements du corps. Afin de mieux comprendre les mécanismes impliqués dans l’apparition des spasmes, Luc Dupuy et ses collègues strasbourgeois de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) ont étudié, chez des souris modifiées génétiquement et chez des patients atteints de SLA, l’évolution de la maladie. Ils ont ainsi découvert que les spasmes étaient dus à la dégénérescence d’un autre type de neurones situés dans le tronc cérébral : les neurones sérotoninergiques. En effet, au fur et à mesure de l’évolution de l’affection, ces derniers s’atrophient et ne produisent plus suffisamment de sérotonine. Le système nerveux central, privé en partie de ce neurotransmetteur, ne contrôle plus certains mouvements du corps et entraîne l’apparition des spasmes.

D’après les chercheurs, il serait possible de rétablir la production de sérotonine et de réduire les symptômes handicapant de la SLA en prescrivant aux patients des molécules agissant sur les récepteurs de ce neurotransmetteur. En utilisant des souris transgéniques atteintes de la SLA, ils ont montré qu’on pouvait ainsi réduire les spasmes. D’autres travaux seront toutefois nécessaires pour ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2012-11-07 par Olivier Frégaville-Arcas _ information hospitalière
Source: InsermAccéder à la source


Publicité

En savoir plus

(crédit photo : coupe histologique de neurones © Wikimédia commons)